RDP du 9 février au 2 mars 2022

La revue de presse

Votre revue de presse du SNETAA-FO

Résultat d’images pour crispation

du 9 février au 2 mars 2022


La Cour des comptes très sévère sur les aides à l’apprentissage

article publié le 16/02/2022
Face aux conséquences potentielles de la crise sanitaire sur l’emploi des jeunes, une intervention des pouvoirs publics était légitime, mais celle-ci a été parfois mal proportionnée“ constate en premier lieu la Cour des comptes dans son rapport public annuel. 
Elle indique en effet que le début de la pandémie “justifiait que le Gouvernement prenne une série de mesures en faveur des jeunes », que Jean Castex avait annoncé le 23 juillet 2020 et appelé “plan
#1jeune1solution“ dont le montant avoisinerait les 10 Md€. Selon la Cour, “lors de la crise financière de 2008-2009, le taux de chômage de ces derniers avait en effet crû davantage, en proportion, que celui de l’ensemble de la population. En outre, la qualité des emplois occupés par les jeunes s’était détériorée.“
Cependant, le rapport décrit une “insuffisante prise en compte des besoins et des capacités des territoires“ comparant l’Île-de-France, où l’objectif d’entrées en Garantie jeunes pour 2021 a été doublé par rapport à 2020, alors que la demande d’emploi avait augmenté de 17 % de septembre 2019 à septembre 2020, à la Normandie, où un objectif “tout aussi ambitieux a été retenu alors que, sur la même période, la demande d’emploi des jeunes n’y avait progressé que de 3 % ». De la même façon, est souligné l’objectif fixé fin juillet 2020 de 100 000 formations supplémentaires, ayant donné lieu à une répartition entre régions “sans distinction entre les bassins d’emploi les plus touchés par la crise et ceux qui l’étaient le moins ». (…) 

Pour une autre politique de la jeunesse

 
article publié le 18/02/2022
« La reproduction des inégalités instille le poison lent de la défiance, du pessimisme et du ressentiment dans une société qui continue à défendre les valeurs d’une méritocratie à laquelle plus personne ne peut croire ». Dans un petit livre qui est un livre programme (Pour une politique de la jeunesse, Seuil), Camille Poigny (université Paris Saclay) livre un vrai réquisitoire sur l’absence de politique en faveur de la jeunesse en France. Electeurs, les jeunes sont toujours traités en enfants sur la plan social, toutes les aides passant jusqu’à 25 ans par leurs parents. Ce système garantit la reproduction des inégalités et oblitère l’espoir républicain. Il appelle à une autre politique, inspirée des pays scandinaves, avec un Etat qui aide directement les jeunes à se construire et de ce fait lutte contre les inégalités. Camille Peugny s’en explique dans cet entretien. (…)

Le harcèlement scolaire est désormais un délit

article publié le 28/02/2022
Nouvelle avancée dans la lutte contre le harcèlement scolaire : les auteurs de harcèlement seront maintenant coupables d’un délit pénal.
Ce 24 février, le Parlement a définitivement adopté la proposition de loi d’un député Modem visant à créer un délit pénal spécifique au harcèlement scolaire. Une mesure qui pourrait changer le quotidien de milliers d’élèves.
Un délit reconnu
Le harcèlement scolaire était jusqu’ici traité sous d’autres chefs d’accusation (comme le harcèlement moral). Cette nouvelle loi permet donc de sanctionner les auteurs de harcèlement scolaire dans un cadre juridique plus spécifique.
Ce délit sera donc punissable, en fonction des conséquences du harcèlement en question : trois ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende s’il cause une incapacité totale de travail (ITT) inférieure ou égale à huit jours chez l’élève harcelé, ou même selon les cas sans incapacité totale de travail. Dans le cas d’une ITT de plus de 8 jours, les sanctions seront plus fermes.
Elles pourront aller jusqu’à dix ans d’emprisonnement et 150.000 euros si le harcèlement a mené au suicide ou à une tentative de suicide de la victime.
 […]

Le Sénat note sévèrement le bilan de Blanquer

Résultat d’images pour public sénat
article publié le 23/02/2022
Pour les sénateurs qui ont fait le bilan des mesures éducatives du quinquennat, la mise en œuvre des réformes du ministre JM Blanquer a été dans de nombreux cas « mal accompagnée » donnant ainsi le sentiment de « naviguer à vue« , et de créer des « générations d’élèves cobayes« .
« Il ne s’agit pas d’un bilan de la personne du ministre mais un bilan des politiques publiques elles-mêmes, assorti de 36 propositions », a rappelé lors d’une conférence de presse le président centriste de la commission de la Culture, de l’Education et de la Communication, Laurent Lafon.
Sous le quinquennat de JM Blanquer – le plus long de la Vème République pour un ministre de l’Education -, plusieurs réformes d’envergure ont été adoptées.
Cette commission du Sénat s’est basée durant six mois sur l’analyse de six objectifs et mesures phares : le lien entre école et société, l’abaissement de l’âge d’instruction à trois ans, le développement de l’école inclusive, la priorité donnée au primaire à travers les politiques de limitation des effectifs de la grande section au CE1, la réforme du lycée et l’attractivité du métier d’enseignant. (…)
A lire aussi : Le Café Pédagogique, « JM Blanquer majoritairement impopulaire », 10/02/22 .

Bonne lecture : N’hésitez pas à faire connaître notre lettre quotidienne autour de vous.
Pensée du jour : “La connaissance est une navigation dans un océan d’incertitudes à travers des archipels de certitudes.” Edgar Morin

Retrouver nos précédents éditos :


Mars 2022


Février 2022


Janvier 2022


Décembre 2021


Vous pouvez nous joindre par mail, téléphone (79.91.42), WhatsApp, ou Facebook.

 

snetaa.org

Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite pour la première fois dans l’opacité. Enfin, sur l’ensemble des opérations de mutation on constate une chute des candidatures.

D’ailleurs, cela représente une centaine de demandes de moins que l’an dernier. Tout d’abord, le phénomène s’explique par la crise sanitaire. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs, les CAP sont dessaisies de toutes les opérations de carrière.

RDP du 9 février

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

RDP du 9 février

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

RDP du 9 février

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

RDP du 9 février

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

RDP du 9 février

Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé des personnels sous sa responsabilité

https://www.snetaa.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.