Non à la territorialisation forcée des PLP.

Le transfert des PLP aux régions est une menace en France.

Résultat d’images pour Stupide En Image

En Calédonie le statut de PLP territorial existe déjà. 


A cet égard, les durées de résidence minimales exigées pour permettre aux PLP (stagiaires ou titulaires) d’intégrer la fonction publique de Nouvelle-Calédonie ont été adoptées par le gouvernement local hier.
Pour les disciplines dans lesquelles le territoire est déficitaire (comme le génie thermique) la durée minimale exigées est de trois ans. A l’inverse, pour les disciplines dans lesquelles le territoire est excédentaire (comme la biotechnologie) cette durée est fixée à dix ans de résidence.
Voir tableau ci-joint.

De facto, de nombreux enseignants fonctionnaires d’Etat n’ayant pas leur CIMM en NC pourront ainsi devenir territoriaux, alors qu’ils ne remplissent pas les conditions pour devenir résidents. Il y aura une rupture d’équité dans le traitement des demandes (territorial ou résident).
Cette réalité ravit deux syndicats de la fonction publique territoriale (Fédé et SFA) car la caisse locale de retraite est au bord du gouffre. Mais, cette vision court-termiste, qui vise à faire augmenter artificiellement le nombre de fonctionnaires calédoniens (bien évidemment aux frais de l’Etat), ne peut pas nous empêcher de poser une question de fond : La Nouvelle-Calédonie a-t-elle les moyens de financer et d’organiser seule ce service public ? Par trois fois en cinq ans les calédoniens ont répondu par la négative. Les calédoniens ne veulent pas que les transferts de compétences de l’Etat continuent.
Or, l’archipel est depuis le 1er janvier 2012 dans une situation d’entre deux. Ce fameux « en même temps » qui se caractérise par une MADGG des fonctionnaires de l’Etat… Y compris les collègues non enseignants, qui sont tous fonctionnaires de l’Etat ! 
Héritage de l’histoire, la Nouvelle-Calédonie est le seul territoire français dans lequel une partie des enseignants du secondaire est composée de fonctionnaires territoriaux. Leurs statuts sont pour l’instant inspirés des statuts des enseignants fonctionnaires de l’Etat. La seule différence notable concerne leur retraite. Les fonctionnaires territoriaux peuvent la prendre plus tôt. Elle est financée, non pas comme en France avec l’impôt du contribuable, mais par une caisse locale de retraite à laquelle cotisent les fonctionnaires et les employeurs des fonctions publiques calédoniennes. De fait, au niveau des enseignants du cadre territorial du secondaire … c’est l’Etat qui est le plus gros contributeur à la caisse locale de retraite (CLR).

Les syndicats représentatifs refusent tous le transfert des enseignants du secondaire aux régions.

Résultat d’images pour Panneau Refus
Les syndicats nationaux sont tous opposés au démantèlement de l’Education nationale qui commencerait par les lycées professionnels, pour se poursuivre dans un second temps par les collèges et les lycées. Ils sont contre une vision fédéraliste de l’enseignement secondaire. Vision qui fait sens en Allemagne ou aux Pays-Bas, mais qui est contraire à notre histoire.
Le SNETAA-FO s’oppose avec force à ce projet à charge contre l’enseignement professionnel initial en milieu scolaire et également contre les PLP. Il rappelle que le gouvernement français serait mieux inspiré d’abandonner des projets qui ont déjà montré toutes leurs limites dans les autres Etats de l’UE.

Seuls deux syndicats calédoniens persistent à vouloir imposer le changement statutaire aux PLP !

Résultat d’images pour c'est pas bien malin
Depuis la MADGG, ces syndicats n’ont de cesse de faire du lobbying auprès du gouvernement local pour arriver à une territorialisation forcée des PLP, et plus généralement de tous les enseignants du secondaire.
Le SNETAA-FO dénonce depuis le début cette vision et exige que la liberté de choix de statuts soit conservée. En dépit des pressions exercées, de nombreux PLP calédoniens souhaitent rester fonctionnaires Etat. Nous redisons qu’il serait temps que le l’Etat et le Territoire fassent enfin le bilan des dix années de transfert des compétences. Bien évidement personne ne souhaite s’attacher à une telle tâche ! Et pour cause !
Notre organisation alerte donc l’ensemble des personnels des lycées professionnels sur cette nouvelle attaque. Le changement statutaire des PLP en fonctionnaires territoriaux n’est qu’un miroir aux alouettes !

Bonne lecture : N’hésitez pas à faire connaître notre lettre quotidienne autour de vous.
Pensée du jour : « Un PLP du cadre Etat averti en vaut au moins deux. » 

Retrouver nos précédents éditos : 


Février 2022


Janvier 2022


Vous pouvez nous joindre par mail, téléphone (79.91.42), WhatsApp, ou Facebook.

 

snetaa.org

Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite pour la première fois dans l’opacité. Enfin, sur l’ensemble des opérations de mutation on constate une chute des candidatures.

D’ailleurs, cela représente une centaine de demandes de moins que l’an dernier. Tout d’abord, le phénomène s’explique par la crise sanitaire. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs, les CAP sont dessaisies de toutes les opérations de carrière.

territorialisation forcée

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

territorialisation forcée

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

territorialisation forcée

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

territorialisation forcée

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

territorialisation forcée

Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé des personnels sous sa responsabilité

https://www.snetaa.org/

3 thoughts on “Non à la territorialisation forcée des PLP.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.