PPCR … à la limite de l’escroquerie !

Perspectives de carrière :

le PPCR est-il synonyme d’équité et de progrès ?

 Le Secrétaire général, Pascal Vivier, nous répond.


« Le SNETAA-FO avait prévenu : … »

Sur le fond comme sur la forme, cette « simplification » annoncée est loin d’apporter la motivation et les réponses aux attentes des collègues. L’attention portée par le ministère à nos déroulés de carrière se fait à dose homéopathique alors que l’enveloppe budgétaire de l’Éducation est en constante augmentation. En effet, comment ne pas être inquiet pour nos retraites à la fin de ce « parcours de carrière » ?.

Qui a mis en place le PPCR ?

Vincent Peillon, et ses successeurs ont enchaîné. C’est une nébuleuse fumeuse qui ne répond à aucun objectif pour une École au cœur de la société, pour des profs mieux formés, boostés, engagés, impliqués. C’est un gloubi-boulga qui se termine en gueule de bois. C’est à la limite de l’escroquerie. Et là encore, qui sont les coupables ? Souvent les mêmes qui appellent à la mobilisation… « pompiers-pyromanes ».

Les pensions font partie intégrante des salaires. 

À propos des retraites, d’abord – sans être un fétichiste des mots, je n’en mesure pas moins qu’ils portent du sens – les fonctionnaires touchent une pension. Il n’y a pas de caisse de retraite pour les fonctionnaires comme il en existe pour les salariés du privé ; nos pensions font partie intégrante du budget de l’État, revu, discuté et voté tous les ans au parlement par les députés et les sénateurs. Il n’y a donc pas de caisse de retraite déficitaire pour les fonctionnaires. Qu’on cesse les amalgames de ceux qui veulent faire passer les fonctionnaires pour des nantis ! Qu’on explique aux PLP que ce sont des privilégiés, fainéants, improductifs, toujours en grève et mécontents ! Qu’on prétende que ce qu’ils touchent au moment du départ à la retraite est… « beaucoup trop important, c’est injuste par rapport aux autres salariés du privé », que le calcul de leur pension sur les 6 derniers mois est « très avantageux… ». On connaît la chanson…
La vérité ? Les pensions des fonctionnaires font partie intégrante de leur salaire. C’est du salaire différé. En caricaturant un peu, les fonctionnaires acceptent de plus petits salaires en début de carrière contre la promesse de leur employeur – pour nous l’État – d’une évolution de salaire (évolution de carrière par l’ancienneté et d’autres critères en fonction du corps d’appartenance : c’est ce qu’on appelle la logique de carrière) et une pension digne. La pension fait partie du contrat initial d’engagement du fonctionnaire. Le montant de la pension s’amenuise avec la difficulté de réaliser une « carrière complète » (nombre de trimestres), pour atteindre 42 ans d’activité pleine. Ça devient une gageure. Et le système de décote est un scandale absolu : quand les collègues arrivent à un âge où ils s’intéressent de plus près à leur retraite, le calcul les fait tomber de leur chaise.

Arrêtez de prendre les fonctionnaires pour des benêts.

Alors les débats sur les retraites, avec des réformes qui sont des contre-réformes, franchement, là encore c’est prendre les fonctionnaires, les enseignants, les PLP pour des benêts ! On peut trouver des échappatoires illusoires (course aux heures sup, aux IMP ou que sais-je encore…) ou mener le combat. Avec mon syndicat, je mène la bataille sans sourciller avec une connaissance technique du dossier. Ce n’est pas un combat idéologique, c’est un combat pour assurer notre salaire, notre carrière, notre pension ! C’est très concret. Et qu’on aille dire aux PLP qu’ils devraient bosser jusqu’à 67-68 ans ! Quelle folie quand l’espérance de vie en bonne santé est de… 62 ans au mieux ! 

Bonne lecture : N’hésitez pas à faire connaître notre lettre quotidienne autour de vous.
Pensée du jour : “Pour chaque fin il y a toujours un nouveau départ.” Saint Exupéry, Le Petit Prince.

Retrouver nos précédents éditos : 


Vous pouvez nous joindre par mail, téléphone (79.91.42), WhatsApp, ou Facebook.

 

snetaa.org

Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite pour la première fois dans l’opacité. Enfin, sur l’ensemble des opérations de mutation on constate une chute des candidatures.

D’ailleurs, cela représente une centaine de demandes de moins que l’an dernier. Tout d’abord, le phénomène s’explique par la crise sanitaire. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs, les CAP sont dessaisies de toutes les opérations de carrière.

à la limite de l’escroquerie

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

à la limite de l’escroquerie

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

à la limite de l’escroquerie

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

à la limite de l’escroquerie

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

à la limite de l’escroquerie

Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé des personnels sous sa responsabilité

https://www.snetaa.org/

One thought on “PPCR … à la limite de l’escroquerie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.