Deux voix pour les voies professionnelles

Présidentielle : deux voix pour les voies professionnelles

Une voix libérale, sans morale, et une voix égalitaire.

Pascal Vivier s’exprime pour Libération sur les enjeux que représente la voie professionnelle pour les prochaines élections présidentielles. Un article de Elsa Maudet à découvrir dès maintenant sur le site du SNETAA NATIONAL.

Macron et Mélenchon font de l’enseignement professionnel un axe important de leur projet pour l’éducation. C’est inédit tant le sujet qui concerne pourtant un tiers des lycéens, ne mobilise habituellement pas les opinions. Mais entre le penchant libéral de l’un et égalitaire de l’autre, il y a un monde.

La grande méprisée car elle accueille des élèves des catégories populaires

Voilà qui est inhabituel. Dans cette campagne présidentielle, deux candidats de premier plan affichent la voie professionnelle comme un axe majeur de leurs préoccupations en matière d’éducation. Jean-Luc Mélenchon qui fut ministre délégué chargé de ce sujet entre 2000 et 2002, en parle depuis des mois, Emmanuel Macron, lui, l’a symboliquement cité en premier à l’heure d’aborder son programme éducatif lors de sa conférence de presse fleuve, le 17 mars. Le sujet, loin d’être anecdotique, concerne un tiers des lycéens. Mais il ne déchaîne généralement pas les passions.
La voie professionnelle, « c’est la grande méprisée parce qu’elle accueille des élèves des catégories populaires », lâche Paul Vannier, coanimateur du livret éducation chez La France insoumise.
« Quand vous parlez de lycée pro, dans l’opinion générale, ça concerne les autres. Les familles qui vont voter sont les familles les plus éduquées. Souvent (pas toujours), elles n’ont pas leur enfant en lycée pro », analyse quant à lui Pascal Vivier, secrétaire général du Snetaa-FO, syndicat majoritaire chez les profs de cette voie.
Preuve que l’opinion et les médias s’en cognent ? « Mélenchon propose de donner 1063 euros par mois aux lycéens professionnels à partir de 16 ans, or c’est du même acabit que la proposition d’Hidalgo de doubler les salaires de tous les profs. C’est une annonce qui aurait pu avoir un effet de choc et personne n’en parle, parce que tout le monde s’en fout« , résume Pascal Vivier. […] 

Ils arrivent souvent en LP avec de lourds handicaps sociaux

Au-delà de l’idéologie, le projet de Macron de développer l’apprentissage est souvent jugé irréaliste. « Les entreprises, quoi que vous leur donniez comme argent, elles ne veulent pas de nos gamins parce qu’ils sont mineurs et elles veulent des gamins qui soient en capacité de se gérer d’arriver à l’heure, de mettre à distance leurs soucis… Or, ils arrivent avec de lourds handicaps sociaux, amnésiques, certains sont délinquants… » déroule Pascal Vivier. En 2019, tant au niveau CAP que bac pro, un quarts des contrats d’apprentissage étaient interrompus avant leurs terme. du fait de l’entreprise ou du jeune, selon les chiffres de la Dares et de la Depp, les services statistiques des ministères du Travail et de l’Education nationale. La proportion atteint 71% en bac pro Esthétique cosmétique parfumerie. Comment, dès lors croire en un déploiement serein de l’apprentissage chez ces élèves ? L’équipe de campagne d’Emmanuel Macron reconnaît qu’il y a « des efforts à fournir » mais se veut rassurante : « Le lycée professionnel ne va pas devenir un CFA (Centre de formation d’apprentis) géant. Il joue un rôle social qui reste majeur. »
Les pions avancés par Macron depuis cinq ans permettent toutefois de s’interroger. […]

Les politiques suivies ont contribué au discrédit de la filière

Pour la sociologue Fabienne Maillard, professeure des universités à Paris-VIII, la voie professionnelle a permis une réel ascension sociale à certains jeunes jusqu’aux années 60, avant de devenir une voie de garage. Spécialiste de l’enseignement professionnel, la sociologue Fabienne Maillard, professeure des universités à paris VIII, revient sur son évolution, depuis sa création dans le but de former des ouvriers-citoyens jusqu’à leurs 16 ans.
Les politiques de tous bords affichent souvent leur volonté d’en faire une « voie d’excellence », Ce sont de belles paroles ?
Toutes les politiques menées contribuent au discrédit de la voie professionnelle depuis très longtemps. Le brevet d’études professionnelles (BEP) a par exemple disparu récemment (l’an passé, ndlr), alors que c’était le diplôme le plus important. Les responsables n’ont pas de politique continue dans la voie professionnelle et l’instrumentalisent dans la gestion des flux scolaires. […]

La voie pro est-elle en adéquation avec les besoins du marché ?

Les diplômes sont construits avec les partenaires sociaux donc on ne peut pas reprocher au ministère de l’Education nationale la manière dont ils sont conçus. Néanmoins, selon les responsables politiques, la prise en compte des discours des partenaires sociaux est inégale et la question de la gestion des flux (d’élèves) peut supplanter les objectifs de hausse du niveau de qualification. Le moins coûteux pour les régions et l’Etat, c’est le tertiaire (administration, commerce…), donc on y met énormément d’élèves. Mais ce sont des élèves qui n’ont pas forcément choisi d’être là et qui ne sont pas forcément attendus sur le marché du travail. Des tas de jeunes filles sont envoyées en secrétariat parce qu’il n’y avait plus de place dans la formation qu’elles voulaient. Il y a des formations très ambitieuses qui permettent d’accéder à l’emploi facilement, et d’autres moins. […]

Bonne lecture : N’hésitez pas à faire connaître notre édito autour de vous.
Pensée du jour :
“La liberté n’existe pas sans morale, ni la morale sans foi. » Alexis de Tocqueville.
Vous souhaitez adhérer : Téléchargez le bulletin d’adhésion de l’année 2022.
Retrouver nos précédents éditos

Mars 2022

Congrès territorial du SNETAA-FO


Février 2022


Janvier 2022


Vous pouvez nous joindre par mail, téléphone (79.91.42), WhatsApp, ou Facebook.

 

snetaa.org

Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite pour la première fois dans l’opacité. Enfin, sur l’ensemble des opérations de mutation on constate une chute des candidatures.

D’ailleurs, cela représente une centaine de demandes de moins que l’an dernier. Tout d’abord, le phénomène s’explique par la crise sanitaire. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs, les CAP sont dessaisies de toutes les opérations de carrière.

pour les voies professionnelles

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

pour les voies professionnelles

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

pour les voies professionnelles

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

pour les voies professionnelles

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

pour les voies professionnelles

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

pour les voies professionnelles

Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé des personnels sous sa responsabilité

pour les voies professionnelles

Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé des personnels sous sa responsabilité

https://www.snetaa.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.