M. le Président, je vous fais une lettre

Lettre au Président de la République…

« Avant de penser l’école de demain, il faut la panser ! » 


Monsieur le Président, je vous fais une lettre…

Que vous lirez peut-être, Si vous avez le temps (…)
Vous n’en avez peut-être pas le temps, mais surtout vous avez montré jeudi dernier (17 mars) que le sort des enseignants et de l’éducation publique ne vous intéressait pas. Lors de votre interminable conférence de presse, vous avez évoqué brièvement l’école comme étant un des deux « immenses chantiers » – l’autre étant la santé – auxquels vous voulez vous attaquer en « changeant de méthode ». Quand on songe à la verticalité technocratique qui a caractérisé l’action de votre ministre de l’éducation pendant cinq ans, on attend de voir le changement de méthode pour établir ce «pacte» que vous évoquez.
Mais, un pacte c’est comme la confiance ou le respect, ça ne s’impose pas Comment croire à l’idée même d’une « vaste concertation » quand les conclusions semblent déjà écrites ?
Les mots que vous avez eus ensuite montrent une méconnaissance du métier et du fonctionnement de l’école. Parlons d’abord de certaines de vos propositions qui témoignent d’une méconnaissance de la réalité du métier. […]
« remplacer les enseignants absents » dans le secondaire est l’exemple même de la fausse bonne idée. Vos conseillers vous ont quand même dit que ce n’était pas possible dans le primaire mais ils auraient pu vous dire aussi que la coïncidence entre les heures d’absence et la possibilité de remplacement est très rare. Ils auraient du vous dire aussi que si ce problème se pose c’est surtout parce qu’il n’y a plus de « vivier » de remplaçants. C’est surtout une question de remplaçants (et donc de recrutement et d’attractivité).
« évaluer le mérite » : je vais vous faire une révélation tirée de quarante ans d’enseignement : enseigner est un acte collectif qui dépend de multiples facteurs et mesurer le mérite individuel d’un enseignant n’a guère de sens. Quel est le mérite de l’enseignant de Henri IV ou du lycée de la Providence à Amiens par rapport à celui d’un collège REP+ de l’Essonne ? Mon «mérite» est-il différent d’une classe à l’autre, d’une année à l’autre ?
« publier les résultats des établissements » : La transparence est une bonne chose mais je n’oublie pas que dans le lexique libéral c’est aussi une des cinq conditions de la concurrence. On peut donc être méfiant sur l’usage de ces données. Mais surtout, cela pose un vrai problème méthodologique : comment mesurer la «valeur ajoutée» d’un établissement, la productivité ou le «rendement» d’un enseignant ? Encore une fois, ces mots n’ont pas de sens. Là encore, cela montre bien une méconnaissance de ce métier et une vision très individualiste et libérale de l’acte d’enseigner. Elles sont aussi destinées à flatter une partie de votre électorat et relève de ce qu’on peut appeler un « populisme éducatif ». Et surtout, on peut douter que ces mesures soient suffisantes pour lutter vraiment contre les inégalités. […]
Le président de la République Emmanuel Macron lors d'un débat avec la presse au palais Beaumont à Pau le 18 mars 2022. (LUDOVIC MARIN / AFP)
La représentation que vous semblez vous faire du métier d’enseignant ne peut être ressentie que comme du mépris. Vous laissez entendre qu’il est «difficile» de payer plus des enseignants qui «ne font pas plus d’efforts». En d’autres termes, ce seraient des feignants conservateurs et qui n’arrêtent pas de râler…
Difficile de ne pas se sentir insultés alors que l’on sort d’une période où l’on a demandé beaucoup à des enseignants fatigués et que ceux-ci dans une immense majorité ont fait bien plus que leur travail ? Généraliser à partir de quelques cas rares est un des grands artifices rhétoriques du « prof-bashing »… Les statistiques que l’on trouve sur le site du MEN montrent qu’en moyenne les enseignants travaillent plus de 42 heures. Les études de l’OCDE montrent aussi que les enseignants français sont parmi les moins bien payés. Vous même, vous écrivez à la page 6 de votre livret-programme que «en 40 ans les enseignants ont subi un inacceptable déclassement». Et face à cette réalité, la seule réponse serait de reprendre le vieux refrain (sarkozyste) du «travailler plus pour gagner plus» ? Pourquoi lier des augmentations et des primes à des contreparties ? Pourquoi appliquer à l’éducation ce que vous n’avez pas osé faire à la santé ?
Ce n’est pas en insultant les enseignants et en contribuant au maintien du déclassement, que vous feignez de déplorer, que vous attirerez des candidats pour exercer ce métier. Vous n’aurez abouti qu’à renforcer la méfiance des enseignants à l’idée même d’évolution du système éducatif et à transformer des enseignants qui croyaient encore au service public et au sens de leur mission en personnels désabusés et amers.
Tout cela n’est pas à la hauteur des enjeux et de la nécessaire lutte contre les inégalités. Car s’il y a une urgence climatique dont on peut douter que vous ayez pris toute la mesure, il risque d’y avoir aussi une urgence sociale si la promesse républicaine n’est pas tenue et si l’École continue d’aggraver les inégalités. […]
Extrait d’un blog publié par Médiapart, le 19 mars 2022

Bonne lecture : N’hésitez pas à faire connaître notre édito autour de vous.
Pensée du jour : “Confiance engendre confiance. » (Proverbe Ecossais)
Vous souhaitez adhérer : Téléchargez le bulletin d’adhésion de l’année 2022.

Retrouver nos précédents éditos : 


Mars 2022

Congrès territorial du SNETAA-FO


Février 2022


Janvier 2022


Vous pouvez nous joindre par mail, téléphone (79.91.42), WhatsApp, ou Facebook.

 

snetaa.org

Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite pour la première fois dans l’opacité. Enfin, sur l’ensemble des opérations de mutation on constate une chute des candidatures.

D’ailleurs, cela représente une centaine de demandes de moins que l’an dernier. Tout d’abord, le phénomène s’explique par la crise sanitaire. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs, les CAP sont dessaisies de toutes les opérations de carrière.

vous fais une lettre

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

vous fais une lettre

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

vous fais une lettre

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

vous fais une lettre

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

vous fais une lettre

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

vous fais une lettre

Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé des personnels sous sa responsabilité

vous fais une lettre

Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé des personnels sous sa responsabilité

https://www.snetaa.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.