Grève du 12/12 – le décryptage de Pascal Vivier

GRÈVE DU 12 DÉCEMBRE DANS LES LYCÉES PRO

EN RÉACTION À LA RÉFORME GRANDJEAN


PASCAL VIVIER DÉCRYTPE
LES ENJEUX DE CETTE GRÈVE NATIONALE

Pascal Vivier, Secrétaire Général du SNETAA-FO, décrypte la grève en réaction à la réforme de la voie professionnelle. Il décrit les enjeux et les modalités de mise en œuvre du projet ministériel. Elles permettent de comprendre la crise que connait actuellement l’enseignement professionnel.
Tout d’abord, c’est la communication démagogique de C. Grandjean qui a fait peser depuis le début une forte pression sur un projet de réforme, qui est un naufrage annoncé de l’enseignement professionnel. Pour l’ensemble des syndicats des personnels enseignants il faut retirer le projet et avoir un débat démocratique sur des bases sereines. En effet, le système éducatif est en déclin depuis trente ans car les sujets de fond ne sont pas traités. C’est la dictature du « pas de vague ». On assiste à un effondrement de notre institution du fait de la prise de pouvoirs des communicants. Une sorte du coup d’État des élites.
Nous condamnons ce mode de gouvernance. Les élites qui nous gouvernent utilisent l’information comme un vecteur essentiel de leur propagande. Comment oser affirmer que le taux de participation à la grève du 12/12 dans les LP a été d’à peine 11 % alors que dans un même temps les organisations syndicales constatent sur le terrain qu’un enseignant sur deux est réellement en grève ?
UNE NIÈME RÉFORME HORS SOL
Pour comprendre l’enseignement professionnel, il faut d’abord et avant tout se frotter à la réalité du terrain. Nos élèves n’aiment pas l’école. Ils arrivent de plus en plus jeunes en lycée professionnel, et rencontrent généralement des difficultés en français, en maths, en histoire. Même les entreprises le constatent. Elles signalent régulièrement aux enseignants les carences des élèves en matière de bases scolaires (méthodologie, maths, français). Les élèves ne peuvent consolider leur bloc de connaissances, de compétence et de culture qu’en fréquentant notre institution. C’est pour cela que vouloir réduire leur scolarité de six semaines (en terminale bac Pro) est un non-sens. D’autant que 87% des bac Pro se sont inscrits sur parcoursup en 2022.
Au cours de sa scolarité, un bachelier aura en moyenne travaillé cinq mois dans une entreprise. C’est amplement suffisant ! « Nos élèves n’ont pas besoin de plus d’entreprise, mais ils ont besoin de plus d’école ! » (P. Vivier) (Cf. article de Télérama : Réforme du LP : les raisons de la colère)
La réforme de la voie pro n’est pas sans conséquence pour les emplois des enseignants. En effet, la réduction du nombre de semaines de cours en classe de terminale bac pro et la fermeture des formations prétendument non insérantes (estimées à 15 %) vont se traduire par des suppressions de postes, voire par des fermetures d’établissements. De fait, au Ministère on parle plus souvent de fermetures de formations … que d’ouvertures. Très concrètement, on estime à environ 1,5 profs de moins par classe de bac Pro et par année supprimées. Ainsi, la suppression de deux classes de bac Pro se traduit par la suppression de 9 postes d’enseignant.

LES CONSÉQUENCES DE LA RÉFORME MACRON-ATTAL-GRANDJEAN
❶ le rapprochement du statut de l’élève avec celui de « salarié » low-cost ;
❷ l’attaque contre le projet émancipateur du lycée professionnel ;
❸ la réduction du temps de formation générale et professionnelle ;
❹ l’attaque des statuts des enseignants, notamment avec le pacte enseignant ;
❺ des formations fermées, un plan de reconversions forcées, des pertes de postes.
💡Regardez le podcast de SOOOLTV
Écoutez le podcast de radio France Info
Téléchargez le podcast de France Bleue Armorique

LE SECRÉTAIRE TERRITORIAL DÉCRYPTE
 LE PROJET DE RÉFORME DU BAC PRO


MODIFICATION DU CALENDRIER SCOLAIRE
(En Calédonie le décalage de calendrier est de 5 mois)
Ce projet de réforme scélérate prévoit une profonde modification du calendrier de l’année de terminale :
de septembre à mi-mai : tronc commun de 22 semaines d’enseignement (au lieu de 26) auxquelles s’ajoutent 6 semaines de périodes de PFMP obligatoires et gratifiées, au lieu de 8, organisées librement par l’établissement ;
❷ mi-mai (
octobre en NC) : passage des épreuves de français, histoire-géographie-enseignement moral et civique et économie. Les autres épreuves (LV, arts, EPS, enseignement professionnel) seront en CCF tout au long de l’année : le ministère met donc en place des épreuves anticipées, sur lesquelles il est revenu pour le bac général
❸ de mi-mai à juillet :
parcours différencié. Soit, 6 semaines de « PFMP complémentaire » (en réalité, c’est un stage) pour les élèves qui souhaitent travailler directement après le lycée, sans que l’on connaisse la formation des tuteurs en entreprise. Soit, 6 semaines de préparation pour les élèves qui veulent poursuivre leurs études, avec des renforcements disciplinaires et méthodologiques. Les groupes d’élèves seraient recomposées à partir de classes différentes. L’emploi du temps comprendrait 30h de cours. Les emplois du temps des PLP seraient donc modifiés au cours de cette période, ce qui risque de désorganiser complètement les établissements et d’ouvrir la voie à une annualisation du temps de service. Le ministère a décidé d’ouvrir la boîte de Pandore !
Le choix du parcours serait laissé aux familles des élèves à partir de la moitié du second semestre mais serait préparé en seconde et en première. Les périodes en entreprise étant gratifiées, on peut craindre que de nombreux élèves choisissent le « stage ».
❹ juin : épreuves de PSE et d’un oral de “projet”,
qui remplace l’oral de chef d’œuvre. Les élèves qui seront en stage seront libéré·es pour ces deux épreuves, sans qu’on sache quelles modalités de révisions leur seront offertes.

SAVOIR-ÊTRE ET SAVOIR-FAIRE OUBLIÉS
Un renforcement des « savoirs » annoncé par G. Attal en français et en maths. La suppression de 2 h dAP ou de 2 h de co-intervention en seconde et première permettra la généralisation d’une mesure de la réforme initialement liée au pacte : l’enseignement en groupes réduits des savoirs fondamentaux ! Il ne s’agit pas de dédoublements, mais bien de la mise en place de groupes de niveaux. Si l’idée peut paraitre pertinente avec des élèves qui ne rencontrent pas de réelles difficultés scolaires, on connaît l’inefficacité à traiter les difficultés scolaires avec des groupes de niveau !
Par ailleurs, en terminale, dans un volume horaire annuel inchangé, il est prévu de renforcer pour environ 10 h le Français et les Maths, et pour 5 h l’EMC. Forcément au détriment des autres disciplines ! Un édito spécial sera consacré aux nouvelles grilles horaires de bac Pro.
Enfin, la dimension éducative de la formation n’a été jamais évoquée et mise en avant. Certes, le LP permet d’acquérir des savoirs académiques, comme le français, l’histoire ou les mathématiques. Pour autant, les LP ont aussi pour vocation de faire acquérir un esprit critique, de la méthodologie, un savoir être, des soft kills (intelligence relationnelle, capacités de communication, et des aptitudes interpersonnelles) et des savoirs-faire professionnels. En principe, ce n’est pas la mission première des entreprises
L’année de terminale sera amputée du fait de la volonté d’insertion professionnelle « à tout prix ». Ce qui va se traduire par un calendrier démentiel. Deux scénarios alternatifs ont été envisagés :
❶ soit, les cours s’arrêtent en mars (août en NC) et tous les élèves partent 6 semaines en PFMP en même temps. Les épreuves ponctuelles se déroulent avant ce départ.
❷ soit, ils s’arrêtent en mai (octobre en NC) et les 6 semaines de PFMP sont laissées à la liberté des équipes pédagogiques.

Les épreuves ponctuelles se déroulent en mai (octobre en NC) et l’oral de chef-d’œuvre a lieu en juillet (décembre en NC).

RÉFORME = – D’ÉCOLE, + D’ENTREPRISE & …
120 heures élèves en moins ! Cette mesure va amputer de 4 semaines de cours l’année de terminale, alors qu’aucun aménagement de programme n’est prévu. Elle ne tient pas compte du rythme d’apprentissage de nos élèves. Cette mesure est totalement hors-sol car elle méconnaît le fonctionnement et l’organisation de nos LP. En effet, au mois de juin partent aussi en PFMP les élèves de seconde et de première : cette concentration de tous les départs sur la même période va constituer un goulot d’étranglement. Et que dire si tous les terminales partent en même temps en mars/avril ! Avec la modification de l’organisation de l’année, pour les personnels, l’annualisation va s’imposer ! Ce n’est pas de plus d’entreprise dont nos élèves ont besoin mais de plus et de mieux d’école. Avec les familles de métiers, le bac pro a été déspécialisé et réduit à deux ans et demi ; avec ce projet de réforme, force est de constater qu’il va passer à deux ans !
Carte des formations : l’adéquationnisme forcenés ! Suppression des 15 % des formations non-insérantes à la rentrée 2024 !
À la rentrée 2023, environ 900 lycéens professionnels se retrouvaient sans affectation. Ils ont été rajoutés au dernier moment dans des classes déjà surchargées et prioritairement dans les filières prétendument non-insérantes ! Pourtant, pour la rentrée 2024, les régions se voient intimer l’ordre, par l’intermédiaire des préfets, de répondre à la commande présidentielle de fermeture de 15% des formations non-insérantes. Les spécialités tertiaires déjà dans le viseur avec la TVP sont de nouveau dans le collimateur. Les suppressions de postes et les reconversions forcées vont exploser. Heureusement la Nouvelle-Calédonie n’est pas concernée par cette mise en demeure ! Transfert de compétences oblige !
… MISE EN PLACE DE FORMATIONS + OU – « BIDONS »
Ouvrir 20 000 places en certificats de spécialisation. Le Bac +1 « un sas vers l’entreprise »
Selon la ministre, cette année de formation supplémentaire pour des élèves des LP plus jeunes permet une « spécialisation » et un sas vers l’insertion. Un certificat de spécialisation c’est 400h de formation en établissement et de 12 à 18 semaines de PMFP (de 420 à 630 h) : plus de 50% du temps de formation en entreprise ! La ministre insiste sur la possibilité de « coloration » de ces Bac + 1 pour s’adapter aux besoins des entreprises. C’est une logique d’adéquationnisme radical : répondre aux besoins locaux en main-d’œuvre des entreprises par des formations non-qualifiantes. C’est une jeunesse assignée à résidence !
Le SNETAA-FO juge inopportune l’ouverture de formations post bac non diplômantes.

IL FAUT RÉFORMER AVEC (ET NON CONTRE) LES ACTEURS DU TERRAIN

Pour le SNETAA-FO de Nouvelle-Calédonie, l’État ne peut pas faire l’économie d’une sérieuse mise à plat du calendrier du bac Pro, en étalant sur 4 ans ce qui se fait actuellement à la hâte en 3 ans.
Les réformes Darcos (2009) et Blanquer (2019) ont été guidées par une volonté à peine cachée de faire des économies budgétaires sur le dos des populations les plus fragiles. Pour les élites qui nous gouvernent, former les jeunes, issus le plus souvent des classes laborieuses, « coûte un pognon de dingue. » Telle est la réalité !
Et, en même temps, le gouvernement constate une baisse des demandes d’emploi permettant répondre aux besoins des entreprises en emplois peu qualifiés. Un siècle après la Loi Astier (1919), le retour de la formation professionnelle initiale sous la tutelle du ministère du travail n’est pas anodin.(Cf. Libération : « Réforme du LP, … un doigt dans la privatisation réelle de l’école »)
In fine, si un gouvernement souhaitait fournir de la main d’œuvre de moins en moins bien qualifiée et payée … à des entreprises qui sont « en réel manque de bras », il ne s’y prendrait pas autrement.

💡Téléchargez l’article


© Force Ouvrière — Décembre 2023

Bonne lecture : Vous aimez notre édito, n’hésitez pas à la partager autour de vous. Vous pouvez aussi nous faire un retour ou une suggestion à cette adresse
Pensée du jour :
« Qu’est-ce que la tolérance ? C’est l’apanage de l’humanité. Nous sommes tous pétris de faiblesses et d’erreurs ; pardonnons-nous réciproquement nos sottises, c’est la première loi de la nature. » Voltaire, Dictionnaire philosophique
Adhésion 2023 : Téléchargez un bulletin ou un RIB
Nous joindre : mail du Snetaa, tél. : 79.91.42 ou WhatsApp

Avant-gout des prochains éditos :
Mensuel du Snetaa-FO – Décembre 2023
Jury d’examen : rémunération des participants
Fonction publique – parcours de carrière de l’agent
Maitres auxiliaires : GT affectation RS 2024
Nouveau statut des MA – projet de délibération
Retrouver nos précédents éditos

Grève du 12/12 – le décryptage de Pascal Vivier
Indemnités – versées aux enseignants spécialisés
Uniforme à l’école : contenu de l’expérimentation
Pisa – ce qu’il nous dit de l’état de notre institution
Exposition aux écrans : les enfants 1ères victimes
Voie pro – les LP étaient en grève aujourd’hui
AP 608 – Édition Spéciale : réforme de la voie pro
 Résultat d’images pour Icone le doigtHebdo 02 Snetaa-FO du 10 décembre 2023
Olvid – la messagerie « la plus sécurisée au monde »
Plan Attal : le choc,… « l’électrochoc des savoirs »
Classement PISA 2022 – la France dégringole
 Handicap : faible adaptation de l’école en France 
 Laïcité : il faut vite la remettre au centre du village
Smicards : ils n’ont jamais été aussi nombreux
Résultat d’images pour Icone le doigtHebdo 01 Snetaa-FO du 03 décembre 2023
Mobilité – Détachement dans un autre corps
Vacances scolaires – Vers la fin des trois zones ?
Vie des idées : peut-on combattre «l’héritocratie» ?

 Résultat d’images pour Icone le doigtMensuel du Snetaa-FO Novembre 2023
GIPA : l’indemnité de garantie de pouvoir d’achat
L’enseignement pro : a évolué depuis la loi Guizot
Intersyndicale voie pro : appel à la grève le 12/12
 Classe exceptionnelle : fin de l’échelon spécial
Mouvement INTER 2024 : week-end mutations
Désinformation : il faut muscler notre cerveau !
Réunion du 22/11 : bilan de l’audience avec le VR
Écoles Normales : va-t-on assister à leur retour ?
Handicap & école & établissement médico social
Élèves de quatrième : leur niveau pose problème !
 Traits culturels : pourquoi les prendre en compte ?
 Sécurité incendie : plusieurs EPENC non conformes 
SNETAA FO : communiqué intersyndicale voie pro
Promotion des MA : bilan de campagne 2022-2023
 Communiqué FO : l’ITR renait-elle de ses cendres ?
ITR gelée : une demi-victoire du député P. Dunoyer
Pacte enseignant : note de service du Vice-recteur
Pacte PLP : questions adressées dans les EPENC
 L’ascenseur social est vraiment en panne en France
Voie pro en NC : ce qui doit changer en février 2024
Communiqué : Carole Grandjean enrobe sa réforme
 Mouvement INTRA 2024 : résultats des opérations
Les classes laborieuses seraient-elles profiteuses ?23
 École inclusive : une mise en oeuvre souvent difficile
Vacances scolaires 2024 en Nouvelle-Calédonie
 AP607 : AP magazine spécial mutations inter 2024 
 Élève radicalisé : réponse sécuritaire ou éducative ?
Formation continue organisée hors temps scolaire
 Réforme de la voie pro à venir : une réforme hors-sol


 Résultat d’images pour Icone le doigtMensuel du Snetaa-FO Octobre 2023
Je n’avais de tort que celui d’avoir fait mon devoir
Les PFMP sont un véritable temps de formation
Pacte calédonien : rencontre avec le Vice-recteur
Voie pro : une réforme menée à « coups de burin »
Rassemblés à Nouméa en mémoire de D. Bernard
Une minute de silence en hommage à D. Bernard
Bac pro : « … construire une terminale sur mesure »
École : il faut s’inspirer de ce qui marche ailleurs !
École : peut-on encore ignorer certaines réalités ?
Communiqué : NON au bac pro en 2,5 ans !
Les MA calédoniens méconnaissent leurs droits
La retraite progressive comment ça marche ? 
Agirc-Arrco : FO a signé le protocole d’accord
Attal : relever le niveau en supprimant des postes
GT harcèlement : la FNEC-FO a claqué la porte
 Islamisme : un professeur égorgé vendredi à Arras
AP606 : quand apprentissage rime avec gaspillage
Usure professionnelle : les ouvriers racontent
Communiqué : Carole Grandjean persiste et signe
JP Obin : « quand les profs ont peur, ils se taisent »
Polynésie : fin des avantages des agents détachés
Calédonie : championne de la vie chère outre-mer
 Pyramide des âges des personnels enseignants
 Arrêt maladie : comment calculer ses droits ?
Communiqué : Carole Grandjean reçoit le SNETAA
Aujourd’hui, journée mondiale des enseignants
L’exemplarité : un « devoir » aux contours assez flous
Vos droits : consulter son dossier administratif
Vie pratique : concours pour devenir enseignant
Scolarités : le poids des héritages socio-culturels 

SEPTEMBRE 2023
Résultat d’images pour Icone le doigtMensuel du Snetaa-FO Septembre 2023
Début de carrière : écarts de revenu entre FPE et FPT
Éducation nationale et éducation « positive »
Vie des idées : la laïcité est un espace-temps
Gabriel Attal promeut « Le choc des savoirs »
Formation des enseignants : comment la rénover ? 
Éducation prioritaire : le VR/DGE propose 3 trois CLA 
 Vie des idées : « mens » & « anima » sana in corpore sano
Éducation : il manque des enseignants partout
 L’OCDE a publié son rapport annuel sur l’éducation
Interruption de MAD : cette décision n’est pas neutre
SNETAA : le LP n’est pas responsable du décrochage
MAD 2024  : disciplines mises au mouvement EXTRA
Propagande de rentrée : que faire des flyers du MEN ?
Laïcité : que vient de nous rappeler le Conseil d’État ?
BOEN : décryptage des éléments de langage du MEN
 La cour des C. étrille les rémunérations en Outre-Mer 
Vos droits : spécial agression d’un(e) enseignant(e)
 Mesures de carte scolaire : quels sont sont vos droits ?
 Dérives sectaires  : la prévention en milieu scolaire
Nouveautés : accès à la classe exceptionnelle
Éducation : le domaine réservé du Président Macron
MAD-NC et mut INTRA 2024 : quel est votre barème ?
Comment le président et le MEN ont gâché la rentrée
Pourquoi septembre sonne le glas des vacances ?
Droits : les critères relatifs au transfert du CIMM
Rémunération : grilles réactualisées au 1er septembre
Lycée professionnel : Macron en visite à Orange
AP – Édition Spéciale : guide de rentrée 2023-2024
 Annonces de rentrée : quoi de neuf au 1er septembre ?

Vous pouvez nous joindre par mail, téléphone, WhatsApp, Facebook.

Logo Snetaa Nouméa

 

snetaa.org

Exposition aux écrans

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, je consulte le compte-rendu. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on consulte le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans une complète opacité. Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur assure la sécurité et protéger la santé des personnels

Grève du 12/12

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, je consulte le compte-rendu. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, je consulte le compte-rendu. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, je consulte le compte-rendu. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

Grève du 12/12

Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on consulte le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans une complète opacité. Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur assure la sécurité et protéger la santé des personnels sous sa responsabilité

https://www.snetaa.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.