Ce que nous dit Pisa de l’état de notre institution

ANALYSE DES RÉSULTATS DU RAPPORT PISA 2022

CE QU’IL NOUS DIT DE L’ÉTAT DE NOTRE INSTITUTION


PISA DÉVOILE LES DÉFAILLANCES DE NOTRE ÉCOLE

Dans cette édition, Pisa 2022 a soumis un questionnaire auprès des élèves de 15 ans et des chefs d’établissements pour documenter, entre autres, leur relation aux mathématiques, aux sciences et leurs conditions de travail.
Dans ce rapport, finalement, ce qui est le plus inquiétant ce ne sont pas les résultats des élèves, mais l’état de dégradation des conditions de travail des personnels de l’éducation d’une part et de l’accueil des élèves d’autre part.
Pisa 2022 offre une image très clairement dégradée de notre institution, institution qui a subi de (trop) nombreuses réformes, sans réelle concertation avec les enseignants, et ce depuis 2007.
Nous dressons donc ici quelques caractéristiques du portrait d’une institution en souffrance qui peine à relever certains défis.
La France reste l’un des pays de l’OCDE où les élèves des milieux favorisés ont obtenu des résultats supérieurs de 113 points à ceux des élèves défavorisés – écart moyen de l’OCDE est de 93 points. Il s’agit de l’un des plus importants écarts liés au milieu socio-économique. Remarquons que des écarts bien plus importants sont observés en République Slovaque, en Israël, en Hongrie, en Suisse, en Belgique et en Tchéquie mais qui ne sont pas corrélés si fortement avec le milieu socio-économique. Notons que la Suisse est un pays où les élèves sont très vite orientés dans des groupes proches de groupe de niveau. Ce qui devrait questionner sur les groupes de niveau…
Il n’y a pas d’aggravation mais pas d’amélioration non plus. Dans cette apparente stabilité, les élèves les plus défavorisés ont 10 fois plus de chances que les plus favorisés de se retrouver parmi les moins performants en mathématiques – en moyenne, dans les pays de l’OCDE, cette relation est de 7 fois plus. Les inégalités sociales pèsent davantage sur les performances des élèves en France que dans les autres pays de l’OCDE ;
Les inégalités de genre ne sont pas plus élevées en France qu’ailleurs, à l’avantage des filles pour la compréhension et des garçons pour les mathématiques. En revanche, ces écarts de performance s’effacent lorsque le milieu social d’origine est pris en compte. En fait, les sciences font exception à cela : les filles réussissent mieux que les garçons des milieux défavorisés, et les garçons réussissent mieux que les filles des milieux favorisés. Peut-être y a-t-il alors des actions à envisager et à mettre en place, comme réhabiliter les bourses des filles qui s’engagent dans les études scientifiques (bourses qui ont disparu sous la présidence de Hollande).
Si la précarité est importante en France, elle n’est pas nécessairement plus importante qu’ailleurs : 10% des élèves sont dans la grande pauvreté dans notre pays, ce qui est la moyenne de l’OCDE et 8.5 % des élèves de 15 ans ont sauté un repas en France chaque jour – ou presque chaque jour – le dernier mois précèdent le test Pisa (mai 2022). Les raisons de ce plus grand poids de l’origine sociale sont à chercher du côté de l’institution.
Les données PISA sur les résultats des élèves issus de l’immigration plaident également dans le même sens. Ils sont légèrement plus nombreux qu’avant – 16% des élèves en 2022 contre 14% en 2018, mais les écarts observés entre les élèves issus de l’immigration et les autres ne sont pas significatifs dès que l’origine sociale est contrôlée. En effet, la baisse de performance de la France n’est pas influencée par un recul des élèves issus de l’immigration (-18 points sur cette période contre -19 points pour les autochtones).
L’ensemble des résultats de PISA 2022 sont disponibles sur le site de l’OCDE : French homepage – PISA (oecd.org)

NOTRE MAISON BRULE ET NOUS REGARDONS AILLEURS

Plusieurs annonces ont été faites, notamment au sujet du redoublement. Là aussi Pisa montre que redoubler n’est une solution qu’à la condition que les élèves aient un vrai encadrement. Comment tenir cette promesse de l’encadrement, alors que nous peinons à recruter des enseignants formés et du personnel non enseignant (assistant de vie scolaire, assistant d’éducation) ! La solution n’est sûrement pas de demander aux professeurs des écoles de venir faire quelques heures au collège, d’autant plus que la crise du recrutement touche également les PE, ni même de parquer les élèves en difficultés dans des groupes de niveaux – qui les encadrera, avec quelles conditions de travail, quelle expertise, quelle formation ? Redoubler a un coût, ne serait-il pas plus efficace d’utiliser cet argent pour accompagner les élèves les plus fragiles ? Ou offrir une véritable formation continue sous la forme de stage long ?
Sur les questions de climat scolaire et sur les inégalités scolaires, ce n’est pas un uniforme qui empêchera les élèves de sortir leur portable en cours, d’agresser verbalement des camarades ou leurs enseignants en classe ou hors la classe. La présence d’un personnel non enseignant, qualifié, est là aussi essentielle et fondamentale.
Sur la question du désamour des mathématiques et des sciences, ce n’est évidemment pas en faisant des dictées qui parlent de mathématiques que pourront être réduites les inégalités ou que le vivier des élèves dans les filières scientifiques retrouvera l’envergure et la qualité dont notre société a besoin, et ce n’est pas en utilisant un manuel érigé en méthode miraculeuse que la crise qui touche l’École prendra fin. L’ensemble du monde scientifique et économique s’est mobilisé pour pointer le désastre de la réforme du lycée (cf. communiqués et publications du Collectif Maths-Sciences, Tribune Le Monde).
Le problème de société qui nous touche est important, profondément ancré et s’accélère, en atteste Pisa 2022.
Penser qu’un « bon manuel », un uniforme, des heures de maths en plus (par un enseignant non formé) sont des « bons » ingrédients, c’est clairement vouloir participer à la fin de l’école publique. On ne gère pas un problème systémique en reprenant quelques bonnes vieilles recettes d’un passé idéalisé. FO demeure lucide et protectrice des valeurs de l’école de la république, en ces temps où la com du ministre se vautre dans le populisme le plus ringard et affligeant.

FLASH INFO DU JOUR

Une première au Conseil supérieur de l’éducation : la séance ne s’est pas tenue faute de quorum ! Après la grève mardi 12 décembre, la mobilisation intersyndicale continue contre la réforme Grandjean de la voie professionnelle. Faute de quorum, les textes de la réforme des lycées professionnels n’ont pas pu être présentés aujourd’hui au CSE. Bravo à la détermination de l’intersyndicale (boycottée par l’UNSA & la CGC). Enseignants, personnels de direction, inspecteurs, parents d’élèves, jeunes : tous (ou presque) unis contre cette réforme désastreuse !


💡Téléchargez l’article

© Force Ouvrière — Décembre 2023


Bonne lecture : Vous aimez notre édito, n’hésitez pas à la partager autour de vous. Vous pouvez aussi nous faire un retour ou une suggestion à cette adresse
Pensée du jour : « De toutes les infirmités humaines, la plus triste est de défaut de bon sens.
 » Carlo Goldoni
Adhésion 2023 : Téléchargez un bulletin ou un RIB
Nous joindre : mail du Snetaa, tél. : 79.91.42 ou WhatsApp

Avant-gout des prochains éditos :
Mensuel du Snetaa-FO – Décembre 2023
Indemnités – versées aux enseignants spécialisés
Jury d’examen : rémunération des participants
Fonction publique – parcours de carrière de l’agent
Maitres auxiliaires : GT affectation RS 2024
Nouveau statut des MA – projet de
délibération
Grève du 12/12 – le décryptage de Pascal Vivier
Retrouver nos précédents éditos

PISA – ce qu’il nous dit de l’état de notre institution
Exposition aux écrans : les enfants 1ères victimes
Voie pro – grèves du mardi 12 décembre 2023
AP 608 – Édition Spéciale : réforme de la voie pro
 Résultat d’images pour Icone le doigtHebdo 02 Snetaa-FO du 10 décembre 2023
Olvid – la messagerie « la plus sécurisée au monde »
Plan Attal : le choc,… l’électrochoc des savoirs
Classement PISA 2022 – la France dégringole
 Handicap : faible adaptation de l’école en France 
 Laïcité : il faut vite la remettre au centre du village
Smicards : ils n’ont jamais été aussi nombreux
Résultat d’images pour Icone le doigtHebdo 01 Snetaa-FO du 03 décembre 2023
Mobilité – Détachement dans un autre corps
Vacances scolaires – Vers la fin des trois zones ?
Vie des idées : peut-on combattre «l’héritocratie» ?

 Résultat d’images pour Icone le doigtMensuel du Snetaa-FO Novembre 2023
GIPA : l’indemnité de garantie de pouvoir d’achat
L’enseignement pro : a évolué depuis la loi Guizot
Intersyndicale voie pro : appel à la grève le 12/12
 Classe exceptionnelle : fin de l’échelon spécial
Mouvement INTER 2024 : week-end mutations
Désinformation  : il faut muscler notre cerveau !
Réunion du 22/11 : bilan de l’audience avec le VR
Écoles Normales : va-t-on assister à leur retour ?
Handicap & école & établissement médico social
Élèves de quatrième : leur niveau pose problème !
 Traits culturels : pourquoi les prendre en compte ?
 Sécurité incendie : plusieurs EPENC non conformes 
SNETAA FO : communiqué intersyndicale voie pro
Promotion des MA : bilan de campagne 2022-2023
 Communiqué FO : l’ITR renait-elle de ses cendres ?
ITR gelée : une demi-victoire du député P. Dunoyer
Pacte enseignant : note de service du Vice-recteur
Pacte PLP : questions adressées dans les EPENC
 L’ascenseur social est vraiment en panne en France
Voie pro en NC : ce qui doit changer en février 2024
Communiqué : Carole Grandjean enrobe sa réforme
 Mouvement INTRA 2024 : résultats des opérations
Les classes laborieuses seraient-elles profiteuses ?23
 École inclusive : une mise en oeuvre souvent difficile
Vacances scolaires 2024 en Nouvelle-Calédonie
 AP607 : AP magazine spécial mutations inter 2024 
 Élève radicalisé : réponse sécuritaire ou éducative ?
Formation continue organisée hors temps scolaire
 Réforme de la voie pro à venir : une réforme hors-sol


 Résultat d’images pour Icone le doigtMensuel du Snetaa-FO Octobre 2023
Je n’avais de tort que celui d’avoir fait mon devoir
Les PFMP sont un véritable temps de formation
Pacte calédonien : rencontre avec le Vice-recteur
Voie pro : une réforme menée à « coups de burin »
Rassemblés à Nouméa en mémoire de D. Bernard
Une minute de silence en hommage à D. Bernard
Bac pro : « … construire une terminale sur mesure »
École : il faut s’inspirer de ce qui marche ailleurs !
École : peut-on encore ignorer certaines réalités ?
Communiqué : NON au bac pro en 2,5 ans !
Les MA calédoniens méconnaissent leurs droits
La retraite progressive comment ça marche ? 
Agirc-Arrco : FO a signé le protocole d’accord
Attal : relever le niveau en supprimant des postes
GT harcèlement : la FNEC-FO a claqué la porte
 Islamisme : un professeur égorgé vendredi à Arras
AP606 : quand apprentissage rime avec gaspillage
Usure professionnelle : les ouvriers racontent
Communiqué : Carole Grandjean persiste et signe
JP Obin : « quand les profs ont peur, ils se taisent »
Polynésie : fin des avantages des agents détachés
Calédonie : championne de la vie chère outre-mer
 Pyramide des âges des personnels enseignants
 Arrêt maladie : comment calculer ses droits ?
Communiqué : Carole Grandjean reçoit le SNETAA
Aujourd’hui, journée mondiale des enseignants
L’exemplarité : un « devoir » aux contours assez flous
Vos droits : consulter son dossier administratif
Vie pratique : concours pour devenir enseignant
Scolarités : le poids des héritages socio-culturels 

SEPTEMBRE 2023
Résultat d’images pour Icone le doigtMensuel du Snetaa-FO Septembre 2023
Début de carrière : écarts de revenu entre FPE et FPT
Éducation nationale et éducation « positive »
Vie des idées : la laïcité est un espace-temps
Gabriel Attal promeut « Le choc des savoirs »
Formation des enseignants : comment la rénover ? 
Éducation prioritaire : le VR/DGE propose 3 trois CLA 
 Vie des idées : « mens » ou « anima » sana in corpore sano
Éducation : il manque des enseignants partout
 L’OCDE a publié son rapport annuel sur l’éducation
Interruption de MAD : cette décision n’est pas neutre
SNETAA : le LP n’est pas responsable du décrochage
MAD 2024  : disciplines mises au mouvement EXTRA
Propagande de rentrée : que faire des flyers du MEN ?
Laïcité : que vient de nous rappeler le Conseil d’État ?
BOEN : décryptage des éléments de langage du MEN
 La cour des C. étrille les rémunérations en Outre-Mer 
Vos droits : spécial agression d’un(e) enseignant(e)
 Mesures de carte scolaire : quels sont sont vos droits ?
 Dérives sectaires  : la prévention en milieu scolaire
Nouveautés : accès à la classe exceptionnelle
Éducation : le domaine réservé du Président Macron
MAD-NC et mut INTRA 2024 : quel est votre barème ?
Comment le président et le MEN ont gâché la rentrée
Pourquoi septembre sonne le glas des vacances ?
Droits : les critères relatifs au transfert du CIMM
Rémunération : grilles réactualisées au 1er septembre
Lycée professionnel : Macron en visite à Orange
AP – Édition Spéciale : guide de rentrée 2023-2024
 Annonces de rentrée : quoi de neuf au 1er septembre ?

Vous pouvez nous joindre par mail, téléphone, WhatsApp, Facebook.

Logo Snetaa Nouméa

 

snetaa.org

Exposition aux écrans

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, je consulte le compte-rendu. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

état de notre institution

Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

état de notre institution

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

état de notre institution

Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on consulte le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans une complète opacité. Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur assure la sécurité et protéger la santé des personnels

état de notre institution

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, je consulte le compte-rendu. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

état de notre institution

Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

état de notre institution

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

état de notre institution

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, je consulte le compte-rendu. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

état de notre institution

Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

état de notre institution

Enfin, sur les opérations de mutation je constate une chute des candidatures. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans l’opacité. Enfin, je consulte le compte-rendu.

état de notre institution

Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on consulte le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures se fait dans une complète opacité. Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur assure la sécurité et protéger la santé des personnels sous sa responsabilité

https://www.snetaa.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.