Pass sanitaire et libertés fondamentales

Le pass sanitaire s’applique dès aujourd’hui.

Le point de vue du philosophe Gaspard Koenig.


Dans notre édito du 6 septembre, nous vous avons présenté point de vue du philosophe André Comte-Sponville. Il explique pourquoi le passe sanitaire « met à mal les valeurs de la République. »  C’est mauvais pour la liberté, puisque cela revient à rendre la vaccination quasi-obligatoire, et puisque ça prive les non-vaccinés de certains droits. C’est mauvais pour l’égalité puisque le pass sanitaire est évidemment discriminatoire. Enfin c’est mauvais pour la fraternité, puisque cela accentue les divisions entre Français, les tensions, y compris au sein des familles, puisque cela enferme les réfractaires dans la rancœur ou le ressentiment…
Puis, dans l’édito du 13 septembre, le Snetaa-FO affirme qu’il refuse de se fourvoyer dans une impasse sanitaire. Nous avons expliqué pourquoi le « pass sanitaire » n’est pas adapté à l’École. Nous l’avons dit à l’ensemble de nos interlocuteurs, et avons acté qu’à l’époque il n’était pas encore prévu. Imposer la vaccination aujourd’hui avec autoritarisme ou de façon détournée ne peut être que contreproductif. Le SNETAA-FO continuera de privilégier l’information et la pédagogie.

« Je ne veux pas vivre dans cet univers de contrôle permanent »

Gaspard KOENIG

Un pass sanitaire est imposé en Nouvelle-Calédonie pour intensifier la campagne de vaccination.

Gaspard Koenig : « La vaccination c’est très bien, mais il ne faut pas confondre les antivax et les anti pass sanitaire. On peut être pour la vaccination, ce qui est mon cas puisque je suis vacciné, et considérer que le pass sanitaire est illégitime, inefficace et totalement disproportionné parce que pour un gain sanitaire extrêmement marginal, on provoque un bouleversement sociétal majeur. Ne plus pouvoir circuler dans l’espace public sans montrer son identité, c’est grave. Moralement c’est une barrière de franchie, ouverte un peu n’importe comment, sans débat, dans la précipitation et la panique. […]
Je considère qu’à partir du moment où la vaccination est disponible pour tous – c’est une question de responsabilité individuelle – et peu importe s’il y a transmission puisque chacun peut se protéger, le pass sanitaire qui ne garantit pas la non-transmission, il ne fait que diminuer le risque, crée un dommage très, très fort. C’est la question de la fin de l’anonymat. Pour aller prendre un café, il faudra transformer les serveurs en flics. Comme tout le monde ne va pas le faire, il y aura des zones de non droit, plein de zones où l’on s’en foutra, plein de zones semi-clandestines, plein de faux que personne ne viendra vérifier.
Tout ça n’est pas bon pour l’État de droit. Encore une fois on fait une loi qui n’est pas une loi, qui n’est pas vraiment faite pour être appliquée et que le gouvernement espère n’avoir jamais à faire appliquer. On y ajoute des tolérances. Or une loi ne doit pas être appliquée avec tolérance. La tolérance c’est l’arbitraire. Ça montre que l’État est à la fois complètement omniprésent, qu’il fait feu de tout bois, et en même temps qu’il est impuissant et qu’il ne respecte plus lui-même les lois qu’il promulgue dans la précipitation et la panique. » […]

Pourtant pour endiguer la vague du Covid il faut faire quelque chose et au moins prendre des mesures de freinage ?

« Mais non, pas du tout. C’est exactement le raisonnement des Anglais. Ce que je vous disais au début de l’entretien. S’il y a une quatrième vague mais peu importe, à partir du moment où tout le monde a pu se protéger. Les gens qui ne se sont pas protégés prennent leurs responsabilités. Que le virus continue à circuler, à partir du moment où on est sûr que le vaccin protège pratiquement à 100% des formes graves c’est formidable. Maintenant que l’État a fait ce qu’il doit faire, c’est-à-dire qu’il a mis en place des centres de vaccination et permis à toute la population d’être vaccinée, il a rempli son rôle. A partir du moment où ce fait est acquis, toute politique de restriction devient parfaitement illégitime. C’est très exactement le raisonnement des Anglais. Ils disent : s’il y a une quatrième vague et que des gens sont contaminés, ils auront choisi de prendre ce risque-là plutôt que de se faire vacciner. »

Le gouvernement a-t-il tout faux ?

« On peut le remercier d’avoir mis en place le système de vaccination et d’avoir rendu les vaccins gratuits et universels. C’est très bien et c’est normal, il a rempli l’essentiel de son rôle mais il cède la passion du contrôle et du micro-contrôle qu’on le voit prendre depuis trop longtemps. Il ne faut pas oublier que ce genre de mesures d’exception se pérennisent constamment. On l’a vu avec l’état d’urgence contre le terrorisme, l’état d’urgence sanitaire qui ne cesse d’être reconduit. C’est très difficile une fois qu’on a mis en place des mesures de contrôle en place de les ôter. La mise en place c’est une bureaucratie, des intérêts privés, des boîtes qui vont fournir les différents services numériques. C’est donc tout un écosystème qui se crée. (…)  Si on abandonne nos libertés avec une telle facilité pour un motif aussi peu robuste, qu’est-ce que ce sera face à des problèmes plus violents ? »

Le pass sanitaire


Bonne lecture. N’hésitez pas à faire connaître notre lettre quotidienne autour de vous.
Pensée du jour : « Douter de tout ou tout croire, ce sont deux solutions également commodes, qui l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir. » (Henri Poincaré, 1902, dans « La science et l’hypothèse »)

Retrouver nos précédents éditos :      

 

snetaa.org

Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite pour la première fois dans l’opacité. Enfin, sur l’ensemble des opérations de mutation on constate une chute des candidatures.

D’ailleurs, cela représente une centaine de demandes de moins que l’an dernier. Tout d’abord, le phénomène s’explique par la crise sanitaire. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs, les CAP sont dessaisies de toutes les opérations de carrière.

pass sanitaire

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

pass sanitaire

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité. Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

pass sanitaire

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité. Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

pass sanitaire

Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé des personnels sous sa responsabilité

https://www.snetaa.org/

8 thoughts on “Pass sanitaire et libertés fondamentales

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.