Lettre mensuelle – Fév. 2021

Édito du secrétaire territorial

Une rentrée scolaire préparée dans un climat social tendu.

Lettre mensuelle :

L’archipel est « au bord d’une grave crise » politique, économique et sociale…

Crise politique : le budget du territoire n’a pas été voté en décembre 2020. Aussi, les EPENC, et en particulier les lycées, risquent de vite connaitre de réels problèmes de trésorerie.
Actualité sociale : Le virus de la violence et de la xénophobie circule sur les réseaux sociaux et sur de trop nombreux barrages routiers. Le moindre fait divers peut soulever un tollé et être à l’origine de flambées de violence. La volonté de construire une citoyenneté calédonienne et un destin commun est peu à peu remplacée par un repli communautariste.
Situation sanitaire : Le covid-19 ne circule pas en Calédonie. Mais pour combien de temps ? Pour lutter contre cette pandémie, la vaccination des personnels volontaires sera possible à compter du mois de mars 2021. Aucune autre mesure n’est prévue. Est-ce bien raisonnable ?

Anticiper pour ne pas subir le virus !

Les mesures prises sont-elles vraiment suffisantes ?

Protéger les personnes les plus fragiles ou les plus exposées, puis, toutes les personnes qui souhaitent se faire vacciner, donc limiter son action au confinement de l’archipel et à une stratégie vaccinale, c’est faire le pari risqué que le virus arrivera lorsque l’immunisation collective sera atteinte.

Certes, le système calédonien n’est pas encore impacté. Est-ce une raison suffisante pour ne pas se préparer à son arrivée ? Gouverner, donc diriger, gérer, … c’est avant tout prévoir ! C’est vrai ! Fermer les frontières et contrôler de façon stricte les flux migratoires sont des mesures sanitaires qui, pour l’instant, ont prouvé toute leur efficacité.

Mais, pour combien de temps la Nouvelle-Calédonie sera-t-elle épargnée par la pandémie ? En effet, le risque zéro d’introduction du covid-19 et de sa transmission sur l’archipel n’existe pas. Le principe de précaution devrait guider la politique sanitaire calédonienne, … y compris à l’école.

Lettre mensuelle

Doit-on attendre le début de la pandémie pour agir ?

La réponse est NON. Trois fois NON ! Comme lors de la grippe espagnole, le célèbre Coronavirus arrivera sur le caillou longtemps après avoir fait des ravages ailleurs. L’hypothèse contraire parait, peu probable.

Lettre mensuelle

Quand sera payée la prime d’équipement informatique ?

Question du SNETAA FO : quand cette prime d’équipement informatique déjà versée en France (et dans les outremers) sera-t-elle versée au personnel en poste en Nouvelle-Calédonie ?

Réponse du VR  : « ce dossier est à l’étude au vice-rectorat … »

Lettre mensuelle

L’enseignement de la philosophie en LP « n’est pas une priorité calédonienne »

Question du SNETAA FO : le Vice-rectorat a-t-il déjà réfléchi à la façon dont sera organisé cet enseignement en lycée professionnel dès 2022 ? Les PLP pourront-ils coenseigner cette discipline ?

Réponse du VR : « … la philo en bac pro ce n’est pas, pour l’instant, une priorité académique ! »

Par ailleurs, la sélection des candidatures pour une mise à disposition s’est faite, pour la première fois, dans une complète opacité. Enfin, sur l’ensemble des opérations de mutation nous avons constaté a postériori une chute des candidatures de 15%. En outre, ce qui représente une centaine de demandes de moins que l’an dernier. Tout d’abord, le phénomène peut s’expliquer en partie par la crise sanitaire en métropole et … par le confinement calédonien.

Enfin, pour consulter le compte-rendu complet, et obtenir plus de précisions. Par ailleurs et d’une façon plus générale, les commissions paritaires sont dessaisies de toutes les opérations de carrière à compter du 1er janvier 2021. Enfin, pour consulter le compte-rendu complet, et obtenir plus.

Par contre, le Vice-recteur ROSER n’a pas voulu déroger à la LTFP pour le « mouvement extra ». Par ailleurs, la sélection des candidatures pour une mise à disposition s’est faite, pour la première fois, dans une complète opacité. Enfin, sur l’ensemble des opérations de mutation nous avons constaté a postériori une chute des candidatures de 15%. En outre, ce qui représente une centaine de demandes de moins que l’an dernier.

Protéger les personnes les plus fragiles ou les plus exposées, puis, toutes les personnes qui souhaitent se faire vacciner, donc limiter son action au confinement de l’archipel et à une stratégie vaccinale, c’est faire le pari risqué que le virus arrivera lorsque l’immunisation collective sera atteinte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.