Mondialisation : la robe mission

FAIT SOCIAL : LA ROBE MISSION,

UN OBJET DE LA MONDIALISATION.

 


Un vêtement outil de contrôle religieux et patriarcal

Gravure groupe de femmes vêtues de robes mission à Tahiti Polynésie , en 1870

… devenu peu à peu un symbole identitaire.

Gravure groupe de femmes vêtues de robes mission à Tahiti Polynésie, en 1870.
Imposée au XVIIIe pour couvrir les corps conformément à la morale chrétienne, la robe mission est désormais un symbole des cultures océaniennes.
Elle est toutefois de plus en plus décriée par les jeunes générations qui y voient le symbole d’une domination patriarcale et religieuse.

Port d’un costume féminin rendu obligatoire.

Lorsqu’ils débarquent dans les îles du Pacifique à la fin du XVIIIe siècle, les marins européens sont fascinés par la nudité des Océaniens. Celle-ci choque en revanche les missionnaires chrétiens qui considèrent la nudité féminine comme honteuse et même dangereuse pour les hommes océaniens et les Européens de passage.
Les promoteurs du christianisme s’appliquent donc en quelques décennies à couvrir les femmes autochtones. Les missionnaires catholiques et protestants rendent obligatoire le port d’un nouveau costume féminin. Il s’agit de la robe mission, une longue robe droite, avec une collerette et des dentelles, conformes aux canons de la pudeur occidentale.

Acculturation des populations autochtones.

Cette robe s’impose rapidement dans toute l’Océanie. Ainsi, dans l’archipel de Hawaii, évangélisé par les pasteurs puritains, la reine Kaahumanu l’adopte et en fait personnellement la promotion. Elle fait même réaliser son portrait vêtue de cette manière, devenant l’un des symboles de l’acculturation des populations – et notamment des élites – du Pacifique.
Les administrations coloniales soutiennent les efforts des missionnaires pour dissimuler les corps des Océaniens et des Océaniennes. Ainsi la question de l’habillement est elle traitée dans le Code de l’Indigénat, un système ultra-répressif qui soumet les populations colonisées à des contraintes spécifiques et à des peines spéciales.
Non seulement les autochtones ne peuvent quitter leur village sans permis de voyage, et doivent effectuer des corvées à titre gracieux et s’abstenir de manier l’ironie avec les représentants du pouvoir colonial, sous peine de finir en prison, mais ils ont aussi pour obligation, en Nouvelle-Calédonie, à partir de 1887, de s’habiller partout, sauf dans les maisons privées et les réserves où ils sont parqués. Cette pudibonderie religieuse et coloniale suscite bien sûr des résistances au sein des populations locales, notamment chez les hommes.
Un témoin français rapporte en 1862 que les vieillards stigmatisent les jeunes mélanésiens qui seraient prêts à adopter le costume occidental :
« Abandonnerez-vous pour des étrangers les coutumes de vos pères ? Votre ridicule accoutrement vaut-il la mâle et simple tenue que nous vous avons donnée ? Les vêtements des Blancs sont tout au plus bons pour les femmes. » […]

Un symbole culturel peu à peu délaissé.

On peut dire qu’en moins de deux siècles, la situation s’est inversée en Océanie. A la fin du XVIIIe siècle, les Européens couverts de vêtements sont émerveillés ou bien outrés par la nudité des Océaniens. Aujourd’hui, ces mêmes plages accueillent des Européens quasi nus sous l’œil souvent désapprobateur de Kanaks entièrement vêtus.

Les femmes arborent encore aujourd’hui leur robe mission, ample et colorée, qui représente désormais un marqueur identitaire et culturel kanak. Toutefois, même revisitée par des couturiers, la robe mission est progressivement abandonnée par les jeunes générations.
Pour les jeunes femmes kanakes, la robe mission est désormais le symbole d’une double domination : celle de la société patriarcale dans laquelle le corps de la femme appartient à l’homme et celle du christianisme qui a fondé son idéal de pudeur sur la « honte des corps »


Bonne lecture, merci de votre fidélité, et n’hésitez pas à faire connaître notre lettre quotidienne autour de vous.


 

snetaa.org

Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite pour la première fois dans l’opacité. Enfin, sur l’ensemble des opérations de mutation on constate une chute des candidatures.

robe mission

D’ailleurs, cela représente une centaine de demandes de moins que l’an dernier. Tout d’abord, le phénomène s’explique par la crise sanitaire. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. En outre, les CAP sont dessaisies de toutes les opérations de carrière. D’ailleurs, cela représente une centaine de demandes de moins que l’an dernier. Tout d’abord, le phénomène s’explique par la crise sanitaire. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. En outre, les CAP sont dessaisies de toutes les opérations de carrière.

robe mission

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

robe mission

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures.

robe mission

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.