Vaccination des enseignants.

La vaccination des enseignants et des élèves en débat.


Le débat est posé en France depuis décembre 2020.

Article publié le 23 juillet 2021

Faut-il rendre obligatoire la vaccination des enseignants et des élèves ?

Le débat est lancé dans la majorité, sondage à l’appui. Le gouvernement tergiverse mais promet de « mettre le paquet » pour la vaccination des élèves.

Pour les enseignants, il semble difficile de passer (du moins trop rapidement) du refus de vacciner les enseignants en priorité à l’obligation vaccinale… D’ailleurs, on attend toujours le fameux protocole de rentrée promis pour début juillet…

Le 21 juillet, J Castex a écarté l’idée d’un passe sanitaire dans les établissements scolaires alors que la Haute autorité de santé publique invitait à étudier son utilisation pour la reprise des cours dans les établissements scolaires. Avec des variants très contagieux transmissibles autant aux jeunes qu’aux adultes, la question de la vaccination des enseignants se pose à la fois pour leur protection et pour celle des élèves.


Le député UDI JC Lagarde a demandé l’obligation vaccinale pour les enseignants le 19 juillet. Il s’appuie sur un sondage Ifop qui montre que 71% des français y sont favorables.

En fait la question est posée depuis novembre 2020. Le gouvernement avait refusé en décembre 2020 d’inscrire les enseignants parmi les prioritaires. Et, en avril 2021 ce n’était toujours pas le cas, alors que la très grande majorité des pays développés l’avait fait…

Selon l’OCDE, en mars 2021, dans 19 pays sur 30 les enseignants étaient prioritaires pour la vaccination. C’était le cas notamment de l’Autriche, l’Allemagne, le Chili, la Colombie, l’Irlande, Israël, la Russie, le Portugal, la Pologne, l’Espagne etc.

En Allemagne, par exemple, les professeurs du 1er degré étaient au niveau 2 de priorité c’est à dire qu’ils étaient aussi prioritaires que les 70-80 ans. Et plusieurs pays où ils n’étaient pas prioritaires étaient des pays où la question de la priorité ne se posait plus comme le Japon, l’Angleterre ou les Etats-Unis. […]

Lire la suite


Le débat se pose ici avec l’ouverture des frontières.

En fin de semaine dernière, environ 64.000 personnes avaient reçu leur première dose en Nouvelle-Calédonie. Ce qui représente 24% de la population, alors qu’à la même date, en France, ce taux était déjà supérieur à 50%.

Avec l’ouverture prochaine des frontières calédoniennes, annoncée par le Président Louis Mapou, ce faible taux de pose un réel problème.

Certes, le jour de son élection, le président Mapou annonçait que le gouvernement allait lancer une campagne de vaccination pour les personnes vivant en tribu. L’exécutif veut donc miser sur la proximité pour informer les populations isolées qui se sentent moins concernées, voire plus réticentes. Il veut les convaincre de l’utilité de cette mesure de protection collective et faire bénéficier de la vaccination à tous ceux qui le souhaitent.


Mais pour être efficaces les actions de proximité doivent être généralisées.

En effet, à aucun moment n’ont été envisagé des actions de proximité en faveur de la communauté éducative. La Calédonie est redevenue covid-free dès avril 2021. Ce qui explique probablement pourquoi les élèves et les étudiants calédoniens n’ont toujours pas été la cible de campagnes de communication et d’actions de proximité.

Certes le gouvernement a beau jeu de dire qu’il y a eu, au cours des derniers mois : « des campagnes visant tant les élèves que les personnels de l’enseignement pour les inciter à se faire vacciner. » Mais, dans les faits, rares sont les calédoniens de moins de 18 ans qui sont actuellement vaccinés.

C’est vrai, en Nouvelle-Calédonie la question de la priorité pour se faire vacciner ne se pose pas. Les personnels qui travaillent dans le secteur de l’enseignement sont prioritaires depuis le mois d’avril 2021. Et, les élèves peuvent se faire vacciner depuis début juin. Mais, rien de spécifique n’a été mis en oeuvre pour inciter les collégiens et les lycéens à se faire vacciner.

Or, la vaccination du plus grand nombre est nécessaire pour combattre efficacement l’épidémie. Personne n’a pour l’instant envisagé de prendre des mesures « coercitives » comme à Fidji. Pour autant, au rythme actuel des vaccinations la population ne sera pas protégée avant la fin de l’année 2022. Il n’est pas absurde penser que le virus arrivera bien avant cette date.


 Il faut agir pour prévenir,… et il faut prévenir plutôt que guérir !

Le SNETAA-FO demande la mise en place, dès à présent, d’un véritable « plan de protection pour les agents et les usagers » avec des moyens humains et matériels supplémentaires.

In fine, à l’heure actuelle, rien n’a été mis en place au Vice-rectorat et à la DASS-NC pour donner un nouveau souffle à la campagne de vaccination à destination de la communauté éducative.

Ailleurs, les outils de gestion de la crise sanitaire évoluent pour s’adapter à la situation rencontrée sur le terrain. A titre d’exemple, dans quelques jours, en France, un employeur soumis au pass sanitaire pourra licencier un salarié soumis à l’obligation vaccinale. L’absence de pass sanitaire pendant une durée cumulée équivalente à deux mois sera un motif sérieux de rupture de contrat de travail. La même mesure est envisagée dans le secteur public !

En dépit des affirmations répétées de JMB, le secteur de l’enseignement sera pas éternellement déconnecté de la réalité du secteur de la santé. Les faits finiront par contredire les discours d’un docte ministre. Et les faits constatés chaque jour ne permettent vraiment pas d’être aussi optimistes que lui.

Napoléon premier disait qu’« un bon croquis vaut mieux qu’un long discours ».


Bonne lecture, merci de votre fidélité, et n’hésitez pas à faire connaître notre lettre quotidienne autour de vous.


 

snetaa.org

Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite pour la première fois dans l’opacité. Enfin, sur l’ensemble des opérations de mutation on constate une chute des candidatures.

D’ailleurs, cela représente une centaine de demandes de moins que l’an dernier. Tout d’abord, le phénomène s’explique par la crise sanitaire. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs, les CAP sont dessaisies de toutes les opérations de carrière.

vaccination des enseignants

Tout d’abord, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs, les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

Tout d’abord, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs, les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité. Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures.

vaccination des enseignants

Tout d’abord, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs, les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité. Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures.

vaccination des enseignants

Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé des personnels sous sa responsabilité. Tout d’abord, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs, les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière.

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité. Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures.

https://www.snetaa.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.