AP : Enseigner en temps de covid.

AP magazine du SNETAA-FO :

Enseigner en temps de covid.


Enseigner en temps de covid : l‘AP magazine (N° 589) aborde les principaux thèmes qui préoccupent les enseignants. Ils sont variés (document de 36 pages). Nous faisons le choix de mettre en relief trois d’entre eux. Tout d’abord, enseigner en temps de covid. Puis, la remise en question de la pluridisciplinarité du chef d’oeuvre. Enfin, les premiers constats sur la mise en œuvre de la réforme de la voir professionnelle.

1 – Enseigner, « faire classe » en temps de covid

Depuis des années, de nombreux profs le disent : ils sont « en première ligne ». En première ligne et parfois
démunis, seuls dans leur salle de classe pour assurer leur mission. Ils racontent leurs difficultés à faire cours en temps de coronavirus. […]

2 – Remise en question de la pluridisciplinarité du chef d’oeuvre

Le chef-d’œuvre, auquel sont consacrées 165 heures sur les deux années de CAP et 108 heures sur les années de première et terminale en bac pro est une réalisation concrète qui signe l’accomplissement des talents et des compétences d’un élève dans sa spécialité. Il est l’aboutissement d’un projet «collaboratif» et pluridisciplinaire puisqu’il mobilise l’enseignement professionnel de spécialité et plusieurs disciplines d’enseignement général comme par exemple l’histoire, les arts appliqués et les langues vivantes, en articulation avec la discipline professionnelle.» Pourtant, à l’heure du bilan de ces deux premières années de réalisation, force est de constater que la mise en place de cette modalité pédagogique reste plus que problématique. En effet, […]

3 – Interview du Secrétaire Général du SNETAA-FO sur la RVP

Nous n’avons encore que peu de recul sur la mise en œuvre de cette réforme, qui présentera à l’examen final du bac professionnel son premier contingent en juin 2022, mais quels sont les premiers constats que tu peux établir sur l’exercice des nouveaux enseignements ?
D’abord, pour nous, c’était défendre les postes, l’emploi, j’insiste ! C’est une sacrée bataille que celle de l’emploi. C’est la mère des batailles pour tout syndicat qui représente réellement, majoritairement, les personnels. Nous avons cette responsabilité et nous l’assumons pleinement.
Ensuite, cette réforme s’appuie sur un postulat, une idée fausse mais portée depuis 40 ans par l’ensemble des politiques, tous partis confondus : le développement de l’apprentissage et sa mise en concurrence « déloyale » avec l’enseignement professionnel initial public et laïque.
L’opposition à l’apprentissage pour nos élèves — j’allais dire en plus « dans l’état » où ils nous arrivent — c’est un leurre et même un poison. L’entreprise n’est pas rédemptrice de l’École, elle ne peut pas faire le travail pour lequel elle n’est pas faite à savoir « enseigner, former, éduquer. » C’est une idée fausse et alors que l’apprentissage pour nos jeunes ne fonctionne pas quand bien même ce type de formation pourrait les faire « rêver » comme leurs familles, les entreprises ne veulent pas ces jeunes-là. Ces jeunes, ces enfants, ont besoin de plus d’école et d’une autre école. Pas moins d’école. C’est ce que l’on sait faire avec ce que portent les PLP : une pédagogie spécifique qui repose sur la pédagogie de projet, la multivalence des professeurs, la formation aux techniques des métiers et aux gestes professionnels. C’est la spécificité de notre corps d’enseignement sinon il faut passer un autre concours d’enseignement.Je répète des évidences et je crois que ces vérités répétées commencent à faire leur chemin. Il faut dire que les plans mis en place par Muriel Pénicaud, pour nos jeunes de CAP, de bac pro, ça ne marche pas et cela coûte « un pognon de dingue ». Le rapport des inspecteurs des Finances prévoit un déficit de 3,5 milliards d’euros. De cette réforme, nous ne pouvions donc ni la défendre ni nous y associer. D’abord à cause de son préambule. Je pourrais aussi mettre en avant les secondes à familles des métiers que nous condamnons fermement. Sur le choix de nouveaux outils pédago […]


SOMMAIRE DE L’AP

  • 06 : ACTUALITÉS – SUPPRESSION DU DI ; PFMP : LES DERNIERS AJUSTEMENTS
  • 08 : PÉDAGOGIE – LA PLURIDISCIPLINARITÉ DU CHEF-D’ŒUVRE REMISE EN CAUSE -TEST DE POSITIONNEMENT DE DÉBUT DE 2DE À LA RENTRÉE 2020
  • 12 : PSYCHOLOGIE – DU DÉFI D’ENSEIGNER EN TEMPS DE COVID
  • 14 : LA CLASSE EN TEMPS DE COVID !
  • 16 : LA TRIBUNE – LETTRE À DEUX JEUNES COLLÈGUES
  • 18 : INTERVIEW – TOUT METTRE EN ŒUVRE POUR RESTAURER LA FIERTÉ ET LA JOIE D’ÊTRE PLP
  • 24 : PERSONNELS – CPE ET SUPPRESSIONS DES ALLOCATIONS ; DDF ; CONTRACTUELS ; LE DOSSIER ADMINISTRATIF ; FORMATION DES PLP EN DEVENIR
  • 27 : RETRAITES – UNE DERNIÈRE RÉFORME SOCIALE DU QUINQUENNAT À PEU DE FRAIS
  • 28 : RÉMUNÉRATION – DU NOUVEAU POUR L’ISOE ; PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE
  • 29 : ENSEIGNEMENT ADAPTÉ – INDEMNITÉ DE PROFESSEUR PRINCIPAL EN SEGPA
  • 30 : HORS DE FRANCE – COVID-19 ; LE CONGÉ ADMINISTRATIF ; UN LYCÉE PRO AU BURKINA FASO
  • 33 : LAÏCITÉ : IL EST TEMPS !
  • 34 : BRÈVES
  • 36 : CULTURE

Bonne lecture, merci de votre fidélité, et n’hésitez pas à faire connaître notre lettre quotidienne autour de vous.


 

snetaa.org

Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite pour la première fois dans l’opacité. Enfin, sur l’ensemble des opérations de mutation on constate une chute des candidatures.

temps de covid

D’ailleurs, cela représente une centaine de demandes de moins que l’an dernier. Tout d’abord, le phénomène s’explique par la crise sanitaire. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs, les CAP sont dessaisies de toutes les opérations de carrière.

temps de covid

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

temps de covid

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures.

temps de covid

Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé des personnels sous sa responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.