Vaccination – Centre du Receiving

Receiving : le centre de vaccination de la CAFAT

Objectif assigné : 400 vaccins/jour.

Au Centre du Receiving, comme ailleurs, la démarche de vaccination, avec deux injections à vingt-et-un jours d’intervalle, est gratuite et non obligatoire. L’ordre de priorité de vaccination anti-Covid en Nouvelle-Calédonie la rend accessible aux professionnels jugés «en première ligne». 

Entre le lancement de la campagne le 20 janvier et le 28 février, 6 813 injections ont été réalisées (5 210 premières injections et 1 603 deuxièmes injections), soit une moyenne de 180 vaccinations/jour. 

Puis, dès le mardi 2 mars la politique de vaccination a été élargie. Elle concernait les personnes présentant un état de santé qui les expose à une forme sévère de Covid-19 et les personnels soignants. Le Gouvernement assurait que 61% des trois mille personnes éligibles (soit 1.830), avait déjà bénéficié de la vaccination à la date du 2 mars.

Enfin, le Gouvernement a décidé d’accélérer la campagne de vaccination le lundi 8 mars. L’objectif est pour le moins ambitieux. Le Gouvernement s’est fixé un objectif de 2.000 vaccinations/jour, soit dix fois plus qu’au 1er mars. 

Cette volonté se traduit lentement dans les faits. Sur la période allant du 1er au 11 mars il y a eu 540 vaccinations/jour (6.490 injections ont été réalisées entre le 1er mars et le 11 mars). Les jeudi 12 et vendredi 13 mars la vaccination réalisés sur l’ensemble du Territoire a atteint deux maxima, respectivement de 1.071 et 1.156 vaccinations.


Personnes accueillies au Receiving

Depuis, le début du confinement, la campagne de vaccination concerne un très large panel de la population, à savoir aux :

  1. personnes âgées de 75 ans et plus,
  2. résidents et personnels des maisons de retraite,
  3. personnes dont l’état de santé les expose à une forme sévère de la maladie (cancer, diabète, hypertension, obésité, insuffisance rénale ou respiratoire…),
  4. tous les personnels soignants (kinés, orthophonistes, dentistes, pharmaciens…),
  5. autres professionnels en première ligne (personnels des entreprises jugées essentielles, agents de nombreux services publics, etc …),
  6. voyageurs pour motifs impérieux.

Le déploiement de la vaccination aux autres publics s’effectuera en fonction des capacités vaccinales. C’est pourquoi tout le monde ne peut pas être vacciné en même temps. Il faut définir des priorités en fonction de l’exposition au virus, de l’âge et des risques de développer une forme grave de la maladie. La population calédonienne (sauf les femmes enceintes et allaitantes, et les moins de 16 ans) pourra être vaccinée progressivement au cours des mois à venir. Les personnes non prioritaires qui souhaitent s’inscrire sur une liste d’attente seront contactées lorsque la phase qui les concerne sera lancée.


Le centre du Receiving en chiffres.

Un centre de vaccination CAFAT au Receiving a été ouvert le 15 février, date du déménagement du CMS à Rivière-Salée. Depuis, il a vocation d’être le centre de vaccination de proximité pour Nouméa. Il a accueilli en moyenne une centaine de personnes par jour.

Pour accompagner l’objectif de vaccination du gouvernement, le centre de la Cafat Receiving monte en puissance. Dans la cadre de l’accélération de la campagne de vaccination l’objectif est fixé à 400 personnes par jour.

L’équipe est composée de deux agents de bureau, de huit infirmiers, de deux médecins à plein temps et d’un à mi-temps pour superviser la vaccination. Les personnels ont tous reçu une formation au CHT.

Toutes les personnes qui souhaitent se faire vacciner contre le Covid-19 sont reçues. Mais, uniquement sur rendez-vous et dans le respect des gestes barrière.


Les dispensaires s’organisent également.

En plus des locaux de la Cafat Receiving à Nouméa, les centres de vaccination se situent au centre hospitalier du Nord (CHN) à Koné et au Médipôle. Les centres médicosociaux sont aussi mobilisés. Ceux de Thio et Bourail, notamment, ont commencé à vacciner les publics prioritaires. Celui de La Foa ouvrira le 16 mars.

En effet, en parallèle, les dispensaires s’organisent progressivement pour informer les Calédoniens et accueillir les personnes éligibles à la vaccination. Les communes de ThioLa Foa et Bourail ont ainsi déjà pu bénéficier de réunion d’information. À Thio, une cinquantaine de personnes avaient été vaccinées le 25 février. À Bourail, la vaccination des personnes éligibles a débuté le jeudi 4 mars, puis se poursuit tous les mardis et jeudis matin, sur rendez-vous.


anticiper

 

A cet égard, il est bon de rappeler que la laïcité n’est pas une opinion ; c’est la liberté d’en avoir une. C’est une volonté politique rassurante qui doit se traduire en actes. De facto, le pronostic et la thérapeutique mis en œuvre par les institutions n’ont pas été à la hauteur du problème posé. Oui, l’indigénisme radical occupe le terrain perdu par la République. A cet égard, il est bon de rappeler que la laïcité n’est pas une opinion ; c’est la liberté d’en avoir une. C’est une volonté politique rassurante qui doit se traduire en actes. De facto, le pronostic et la thérapeutique mis en œuvre par les institutions n’ont pas été à la hauteur du problème posé. Oui, l’indigénisme radical occupe le terrain perdu par la République.

es erreurs à éviter quand on est affecté en NC !

Par ailleurs, le VR fait la sélection dans l’opacité. Enfin, le nombre de candidats diminue. De fait, le nombre de demandes chute. Tout d’abord, la crise explique ce phénomène. Par contre, le Vice-recteur ne veut pas déroger à la LTFP. Enfin, le VR fait la sélection dans l’opacité. Par ailleurs, l’opacité de la sélection est la règle. Enfin, le nombre de candidats diminue. De fait, le nombre de demandes chute. Tout d’abord, la crise explique ce fait. Par contre, le Vice-recteur ne veut pas déroger à la LTFP. Enfin, le VR fait la sélection dans l’opacité. https://snetaa.org/

 

Au-delà de votre bien-être, les conditions de votre séjour et votre mode de vie auront un impact direct sur vos relations interpersonnelles. Vivre à la calédonienne c’est accepter d’apprendre et de respecter de nombreux codes, tout en étant conscients d’être perçu par son entourage parfois comme un Joinville ou un cinq-cinq, et le plus souvent, comme un expat, un non-calédonien. Une différence qui essentialise.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.