RDP du 11 au 18 nov. 2020 (l’équité).

 L’équité en éducation : la leçon européenne 

équité en éducation

L’équité en éducation : La France aggrave t-elle les inégalités scolaires ou les réduit-elle ? Comment évaluer l’équité des systèmes éducatifs ?

La Commission européenne vient de publier un ouvrage. Il aborde de nombreux critères d’organisation des systèmes éducatifs au regard de l’équité.

C’est assez éclairant pour la France… Pays où on repère mieux comment certaines réformes vont dans le sens de l’accroissement des inégalités. (…)

Pour consulter lire la suite de LA REVUE DE PRESSE du SNETAA-FO, cliquez ICI

La revue de presse du SNETAA

L’équité

Recherche en éducation : les recommandations de l’INRIA.

[…] L’Inria publiera fin novembre un livre blanc sur les enjeux et défis du numérique pour l’éducation. Elle proposera sept recommandations que l’institut a regroupées en trois grandes thématiques : la recherche, la formation au et par le numérique et l’action publique.

La synthèse des Etats Généraux du Numérique pour l’Education se résume à 40 propositions réparties dans les 5 grands chapitres qui organisaient les débats. […]

Lire la suite de l’article dans ToutEduc du 13 novembre

ToutEduc

snetaa.orgsnetaa.org

Le MEN autorise un système parallèle et encourage la non-mixité.

Quand JM Blanquer autorise un système éducatif spécial pour les favorisés. Peu de pays ont des systèmes éducatifs différents dès le primaire. En fait il y avait un club des 4 , avec par exemple l’Angleterre. La France vient d’entrer dans le club.

La loi Blanquer a créé un système éducatif parallèle qui commence dès la maternelle pour les élèves les plus favorisés. Il s’agit des établissements publics locaux d’enseignement international (EPLEI) créés par la loi Blanquer. Après des décennies de rapprochement entre l’école du peuple et celle de la bourgeoisie, qui va aboutir au collège unique, JM Blanquer a inversé la tendance en créant les EPLEI. Ces EPLEI sont des établissements publics ayant des financements privés, regroupant primaire et secondaire et suivants des curriculums spéciaux. Ils ne concernent que les élèves des milieux favorisés car ils ne sont accessibles qu’aux enfants maitrisant des langues étrangères reconnues.

Pour le moment il ne s’agit que de quelques dizaines de milliers d’élèves. Mais ces structures se développent très rapidement et la loi permet même d’en implanter dans des établissements ordinaires. Ils sont donc appelés à prendre une place de plus en plus importante. […]

Dans l’éducation l‘équité exigerait la recherche de la mixité sociale.

[…] Il y a des pays européens qui imposent une certaine mixité sociale dans les établissements. C’est le cas par exemple en Belgique. En France il y a eu des expérimentations réalisées sous le ministère de N Vallaud Belkacem. Elle prit des mesures pour augmenter la mixité sociale dans les zones urbaines où les écarts étaient très importants entre écoles ou collèges.

D’ailleurs, les municipalités ont la possibilité de modifier les cartes scolaires. Mais elles le font rarement en ce sens. En effet, souvent la modification est faite dans une logique d’évitement.

A cet égard, un bel exemple a été donné récemment à Marseille. L’ancien maire fit construire une nouvelle école dans un quartier en gentrification. Il réserva la nouvelle école aux nouveaux arrivants, les autres habitants s’entassant dans des préfabriqués. de facto, les expérimentations soutenues par les collectivités locales se sont souvent engluées faute du soutien de l’éducation nationale. […]

Lire la suite de l’article dans Le café pédagogique du 13 novembre

Le Café Pédagogique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.