Vacances d’octobre : avancées ou pas ?

Vacances d’octobre avancées de 2 semaines.

Demande modification du calendrier scolaire 2021.


La vraie question est-elle : avance-t-on les vacances

 ou plutôt dans quelles conditions reprendre les cours  ?

Vacances d’octobre … Même si Mme la Vice-Présidente du gouvernement nous signale que c’est urgent de répondre à la question posée, le syndicat des PLP du cadre Etat ne peut pas répondre sans consulter le plus largement possible les collègues sur le terrain.
Ceux-ci ont répondu massivement (78,43%) en prenant soin de motiver et de nuancer leur réponse. Car au-dela de la réponse posée par l’exécutif calédonien apparait clairement la problématique de l’enjeu, des objectifs et de modalités de la reprise des cours. Un faible nombre de collègues ont souhaité ne pas se prononcer (2,48%) ils sont DDFPT ou chargé de mission. Quant aux résultats des votes, ils sont clairs : 97,39 % répondent NON à la proposition d’avancer les vacances de deux semaines pour travailler classe en entière et en présentiel. (voir ci-dessous le détail des réponses à la consultation).
Les résultats de notre enquête montre clairement que les personnels sont défavorables à une reprise en aveugle de la formation initiale sous statut scolaire. Mais, surtout prenons garde à ne pas provoquer le prof-bashing ou syndicat-bashing en diffusant de tels résultats. Une ligne rouge ne doit pas être franchie. Sans débats et scénarii préalables la question posée par l’exécutif est maladroite, car trop fermée. 
Il faut prendre le temps de débattre et éviter de faire porter les discussions sur une question annexe ou d’empêcher les acteurs de terrain de traiter de questions de fond. Le CCE n’est pas une chambre d’enregistrement. Elle doit être consultée, écoutée et respectée.

Avis des agents publics de la voie pro.

Les réponses des collègues enseignants et non enseignants permettent d’observer des avis motivés et contradictoires en apparence :
  • 97,39 % : NON ferme à la proposition d’avancer les vacances pour travailler classe entière en présentiel.
  • 84,35 % : OUI conditionnel, c’est à dire NON, sauf si les conditions de sécurité sanitaire sont garanties, et si la reprise des cours est progressive en demi-jauge (avec priorité aux classes d’examen), c’est à dire avec des classes dégroupées et un enseignement hybride.
  • La proportion du NON ferme est plus élevée chez les non enseignants, les profs des disciplines pro (restauration, service, production, sécurité, soin, etc…) et ceux qui enseignent en classe entière en CAP.
  • Celle du « NON, mais … sauf en demi jauge » (donc OUI conditionnel) est plus élevée chez les enseignants des disciplines générales qui enseignent en classe d’examen (Terminale ou 2ème année BTS), 
  • Le NON ferme reste élevé chez des collègues de l’enseignement pro qui ont terminé leurs épreuves de CCF.

Exemple d’avis singuliers reçus vendredi.

Certains collègues écrivent que « pour la bonne gestion des examens de fin d’année, reprendre le plus tôt possible relève du bon sens. Sinon nous risquons de ne pas revoir certains élèves … Mais pas question de reprendre les cours classe entière ! »
D’autres utilisent le style métaphorique « le gouvernement calédonien veut que le conseil consultatif de l’éducation lui signe un chèque en blanc, c’est à dire sans préciser préalablement les modalités de reprise des cours ».
Quant aux septiques, ils demandent: « si en l’état de la situation sanitaire incertaine est-ce bien prudent d’avancer de deux semaines les vacances, alors que nous serons probablement au sommet de la vague au début du mois d’octobre ?« 
Les pragmatiques prennent acte que : « le Vice-rectorat refuse de faire de tester régulièrement les élèves internes. Alors qu’ils vivent H24 dans leur établissement. Dans les dortoirs et les réfectoires les contaminations iront à la vitesse grand V … si on ne détecte pas rapidement les personnes positives pour les isoler. » 

Principaux avis reçus samedi 18 septembre.

Les collègues enseignants dans la filière des métiers du soin à la personne, rappellent une réalité : « ce serait contraire aux préconisations de l’OMS que de faciliter la contamination au covid 19.« En effet, il faut étaler le plateau des hospitalisations plutôt que d’avoir un pic élevé. »
Les collègues enseignants dans les ateliers apprécieraient le retour rapide dans l’établissement des élèves qui doivent encore passer les épreuves de CCF. Ce qui représente une très faible partie de la population scolaire de la voie pro. Ils sont conscients que la date annoncée de reprise des cours est périlleuse dans le contexte sanitaire actuel.
Quant aux collègues de la vie scolaire, aux personnels non enseignants, aux profs d’EPS ou d’arts appliqués, ils notent avec justesse : « qu’il est interdit de fréquenter les salles de spectacle ou les tribunes de stade, mais il est normal que dans les lycées 300 élèves mangent en même temps ou que les internes dorment dans des chambrées à plusieurs (sans masque). » Ils sont quasiment tous contre la modification du calendrier scolaire. Ou plus exactement, ils sont tous contre le retour massif des élèves en présentiel.
Quant aux collègues qui doivent faire passer des épreuves de secourisme, ils signalent que : « la mise en place de ces épreuves ne sont pas possibles techniquement. »

L’essentiel des points de vue exprimés aujourd’hui.

1 – « hors COVID, mon problème majeur est l’hygiène de base … Quid de la cantine et de l’internat ? Favorable mais sous conditions très sévères côté nettoyage/désinfection, avec effectif réduit et priorité aux classes d’examens… Nous avons l’expérience des départements français pour faire une version locale. » 
2 – « … défavorable pour avancer de 2 semaines. Mais favorable pour les avancer d’une seule. 9 semaines de cours est intenable« .
3 – « Tant qu’il y a une restriction des libertés et activités de groupe, il est incohérent d’autoriser un regroupement dans les établissements scolaires… Je ne suis pas contre une modification du calendrier, mais pour reprise en aveugle c’est NON ! »
4 – « Je suis défavorable d’avancer les vacances de 2 semaines. Eventuellement d’une semaine. Nous n’avons aucune visibilité sur la courbe de contamination COVID. Les parents d’élèves risquent de ne pas envoyer leurs enfants à l’école dans ces conditions. »
5 – « ... La profession est largement féminisée. Le confinement augmente considérablement le travail : gérer la maison qui est utilisée H24, gérer ses enfants et leur éducation scolaire, gérer ses élèves en enseignement hybride …« 

Synthèse des observations et des propositions reçues.

A l’exception de deux collègues, tout le monde est défavorable à une « reprise en aveugle«  de la formation initiale sous statut scolaire, c’est à dire d’une reprise d’activité qui serait : non progressive, en classe entière, sans mesure sanitaire adaptée à chaque établissement.
Quelques ordres de grandeur significatifs : Tous les personnels syndiqués répondent au sondage. Un enseignant sur trois ne répond pas au sondage par défiance vis à vis des experts … ou des corps intermédiaires. Trois enseignants sur cinq rappellent implicitement que la mission première de la puissance publique est de protéger. Un enseignant sur cinq propose d’avancer les vacances d’une semaine.
En résumé, il est demandé une reprise en présentiel et en distanciel, la mise en place de tests à l’entrée des internats. Ce dispositif permettrait d’éviter qu’ils ne deviennent rapidement des clusters. Près d’un collègue sur deux demande le retour en demi jauge des élèves issus de classes à examen (en CCF ou en contrôle ponctuel). Les collègues sont donc plutôt favorables à une reprise rapide mais progressive des cours pour les élèves des classes de terminale et de BTS. Pour les autres élèves le cours en distanciel, au moins 15 jours, permettra de réduire le risque de formation de cluster dans les LP.
Enfin, on ne peut pas envisager une reprise d’activité en pleine pandémie sans évoquer les conditions sanitaires en dehors de l’école. En effet, tout comme le nuage radioactif de Tchernobyl, le virus ne s’arrête aux frontières des écoles. A la reprise serons-nous en niveau 2, 3 ou 4 ? Personne ne le sait. In fine, comme dans toute gestion de crise, il faut mettre en place plusieurs scénarii de reprise des activités.
Position du SNETAA-FO, le véritable débat n’est pas sur la question : « Êtes-vous favorable à avancer de deux semaines la dernière période de vacances scolaires de l’année 2021… » Le nécessaire débat qui doit être engagé avec les acteurs de terrain doit d’abord et avant tout porter sur l’enjeu, les modalités et les conditions de la reprise des cours en octobre 2021.

 

Mesdames et Messieurs les membres du CCE-NC
En raison de l’évolution de la crise sanitaire et de la poursuite du confinement jusqu’au lundi 4 octobre inclus, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie propose d’avancer la dernière période de vacances scolaires de deux semaines afin de limiter à trois semaines la période de continuité pédagogique, les élèves ayant déjà été en confinement durant 3 semaines au mois de mars de cette année.
Cela permettra notamment de limiter le nombre de semaines hors établissement pour les élèves et de préparer au mieux les classes d’examens à leurs épreuves.
En conséquence, les vacances scolaires pour cette dernière période débuteraient le samedi 25 septembre 2021 (au lieu du samedi 9 octobre) pour se terminer le dimanche 10 octobre 2021 (au lieu du dimanche 24 octobre, voir documents joints).
La semaine du 5 au 8 octobre permettra d’organiser une pré-rentrée pour les personnels des établissements scolaires.
La date de fin des cours, conformément à la proposition du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et à laquelle le CCE-NC a émis un avis favorable à l’unanimité (voir CR en pièce jointe), est avancée au vendredi 10 décembre 2021.
Les règles de confinement actuelles ne nous permettent pas de réunir le Conseil Consultatif de l’Enseignement (CCE-NC) pour avis sur cette modification du calendrier scolaire.
C’est pourquoi, nous organisons une consultation à domicile et vous demandons de répondre, par retour de mail, par OUI ou par NON à la question suivante :
« Êtes-vous favorable à avancer de deux semaines la dernière période de vacances scolaires de l’année 2021 pour la programmer du samedi 25 septembre au dimanche 10 octobre 2021 »
Compte tenu des délais extrêmement contraints, la date limite pour le retour des réponses a été fixée au  lundi 20 septembre 2021 à 12h00.  
Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire
Cordialement
Le président du CCE-NC

Bonne lecture. N’hésitez pas à faire connaître notre lettre quotidienne autour de vous.


 

snetaa.org

Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite pour la première fois dans l’opacité. Enfin, sur l’ensemble des opérations de mutation on constate une chute des candidatures.

D’ailleurs, cela représente une centaine de demandes de moins que l’an dernier. Tout d’abord, le phénomène s’explique par la crise sanitaire. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs, les CAP sont dessaisies de toutes les opérations de carrière.

Vacances d’octobre

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

Vacances d’octobre

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures.Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité. Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

Vacances d’octobre

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures.Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité. Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

Vacances d’octobre

Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé des personnels sous sa responsabilité

https://www.snetaa.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.