Quel est l’enjeu véritable de l’école ?

L’institution scolaire est-elle vouée au marché du travail ou à

élever le niveau d’instruction et armer des esprits critiques ?


L’imposture Jean-Michel BLANQUER,

l’accélérateur de la sélection sociale.

Quel est l’enjeu des réformes de l’école ? En France, tous les ministres de l’éducation ont prétendu vouloir « refonder l’école » en arrivant rue de Grenelle.

Mais le train de réformes que, depuis 2017, M. Jean-Michel Blanquer a imposé au système éducatif a de quoi donner le tournis. S’il souhaite, légitimement, que davantage d’élèves sachent correctement lire et compter, son ambition se limite aux savoirs de base. Sous son magistère, la sélection sociale s’accélère et la crise sanitaire sert de laboratoire au virage numérique.

Jusqu’aux années 1950, un monde sépare les écoles réservées au peuple urbain et rural des lycées destinés à la bourgeoisie française. Soixante ans plus tard, la ségrégation sociale est toujours à l’œuvre sous le vernis du « collège unique ». Niveau, milieux d’origine, perspectives d’avenir, tout oppose les lycéens d’Henri IV des « bac pro » de Seine-Saint-Denis.

Fatalité sociologique ou échec de l’école ?

Élever le niveau d’instruction collectif, socialiser et armer des esprits critiques, tel serait l’objectif d’une école émancipatrice pour certains. Elle aurait pour mission d’introduire dans la rationalité et l’altérité.

D’autres souhaitent arrimer l’institution scolaire au marché du travail et la faire fonctionner, à moindre coût, au service de la sélection sociale.

Entre ces deux conceptions, l’affrontement se poursuit, dans les urnes, la rue ou les salles de classes. 

Pour le SNETAA-FO l’objectif de l’institution scolaire est avant tout d’émanciper la jeunesse. L’école gratuite, publique et laïque est un bien commun inaliénable. Pleinement consciente qu’il existe des inégalités dans les apprentissages, elle entend les combattre. Elle a pour vocation de favoriser la promotion sociale. Et elle n’a pas pour mission d’organiser la ségrégation sociale.


Bonne lecture, merci de votre fidélité, et n’hésitez pas à faire connaître notre lettre quotidienne autour de vous.


 

snetaa.org

Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite pour la première fois dans l’opacité. Enfin, sur l’ensemble des opérations de mutation on constate une chute des candidatures.

l’enjeu véritable de l’école

D’ailleurs, cela représente une centaine de demandes de moins que l’an dernier. Tout d’abord, le phénomène s’explique par la crise sanitaire. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs, les CAP sont dessaisies de toutes les opérations de carrière.

l’enjeu véritable de l’école

Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par ailleurs,  les CAP ne gèrent plus les opérations de carrière. Enfin, on peut consulter le compte-rendu. Par contre, le Vice-recteur ne déroge à la LTFP. Par ailleurs, la sélection des candidatures est faite dans une complète opacité.

l’enjeu véritable de l’école

Enfin, sur les opérations de mutation nous constatons une chute des candidatures.

l’enjeu véritable de l’école

Tout d’abord, le premier droit des personnels est le respect par l’employeur de ses obligations réglementaires ! En effet, tout employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé des personnels sous sa responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.